Le non au parking souterrain s'allie l'ex-chef de l'UDC

Yverdon-les-BainsSurprise ! L'opposition au projet de parking souterrain de la place d'Armes, issue des milieux de gauche et associatifs, est rejointe par l'ancien patron de l'UDC. Il s'inquiète pour les finances communales.

Roland Villard, qui vient de céder la présidence de l'UDC locale, s'oppose ouvertement au projet défendu par la majorité de droite yverdonnoise. Il s'inquiète des effets sur les finances communales, et s'attire les foudres de son nouveau président.

Roland Villard, qui vient de céder la présidence de l'UDC locale, s'oppose ouvertement au projet défendu par la majorité de droite yverdonnoise. Il s'inquiète des effets sur les finances communales, et s'attire les foudres de son nouveau président. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’opposition au parking souterrain de la place d’Armes gagne un soutien de renom. Ce petit comité issu de la scène associative et épaulé par les Jeunes Verts, les Jeunes socialistes, par les Verts du bout des lèvres, ainsi que (officieusement) par d’autres sceptiques issus des rangs socialistes yverdonnois se voit aussi désormais soutenu par… l’ancien président de l’UDC locale. Une sacrée surprise, vu l’apparente unanimité du bloc de droite derrière ce projet porté par la majorité PLR.

Roland Villard, qui a remis sa présidence il y a peu, a formé un «comité de lutte contre l’enfer fiscal yverdonnois». Boîte de Pandore qui serait, selon lui, inévitablement ouverte vu l’investissement public. «J’ai toujours affiché cette position, et je l’ai redit en commission, témoigne l’intéressé. L’UDC a toujours été contre les taxes, et ce projet sera trop lourd pour nos finances, surtout vu le gain en termes de nouvelles places. Au moins, que le débat se fasse.»

En face, le nouveau président de l’UDC, Ruben Ramchurn, apprécie peu. Les deux élus en sont à s’échanger des amabilités sur les réseaux sociaux. Au sein du parti, l’ambiance est visiblement tendue. «On respecte la liberté d’expression, nous ne sommes pas un parti soviétique, réagit-il. Mais la méthode surprend. Avant d’afficher des opinions diverses, on en parle au sein du groupe, ce que Roland Villard n’a pas fait.»

Ce dernier, qui se dit menacé d’exclusion par son collègue, assure être entouré de sept autres élus UDC, voire PLR. Il compte seconder les opposants dans les réflexions et le lobbying. Ruben Ramchurn nie vouloir une exclusion et minimise l’affaire.

Ce n’est pas la première fois que l’UDC de la deuxième ville du canton donne des sueurs froides aux politiciens à propos du projet majeur de la législature. Depuis des mois, et la veille encore du débat en plénum de début mars, qui s’annonçait serré, le turbulent parti était scruté par des myriades de regards inquiets.

Outre les éventuels effets internes, cette dissidence aura-t-elle un effet sur la récolte de signatures, en cours? Alain Doll, à la tête du comité qui espère décrocher les 3019 paraphes nécessaires à la tenue d’un référendum, l’espère. La moitié du délai étant déjà écoulée. «Nous avons une réunion prévue. Les débuts ont été difficiles, avec les vacances de Pâques, mais nous sommes confiants. Les gens viennent signer sans qu’on ait besoin de les convaincre. Les deux semaines prochaines seront décisives.»

Créé: 24.04.2019, 20h02

Articles en relation

Le référendum contre la place d’Armes a été validé

Yverdon-les-Bains Le collectif de citoyens a corrigé dans le délai imparti sa demande. Il a jusqu’au 9 mai pour récolter 3019 signatures. Plus...

Comment Yverdon a choisi de lancer sa Riponne du XXIe siècle

Nord vaudois Le Conseil communal a accepté d’enfouir les voitures et de métamorphoser le centre, cinquante ans après Lausanne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.