Le patrimoine historique doublement récompensé

VaudLa flotte Belle Époque de la CGN et le Grand Hôtel des Rasses ont respectivement reçu le prix de restaurant et hôtel historique 2019.

Les salons première classe des bateaux Belle Époque de la CGN - ici celui de l’<i>Italie</i> - ont particulièrement plu à un jury qui décerne plus souvent ses lauriers en Suisse alémanique qu’en Suisse romande.

Les salons première classe des bateaux Belle Époque de la CGN - ici celui de l’Italie - ont particulièrement plu à un jury qui décerne plus souvent ses lauriers en Suisse alémanique qu’en Suisse romande. Image: JEAN VERNET

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des flots bleus du Léman aux verts pâturages du Jura nord-vaudois: ICOMOS Suisse a honoré d’un seul coup le canton du sud au nord, lundi vers midi. La section nationale du Conseil international des monuments et des sites a attribué conjointement à la flotte Belle Époque de la Compagnie Générale de Navigation (CGN) – pour ses salons de première classe – et au Grand Hôtel des Rasses (voir la vidéo ci-dessous) le Prix de Restaurant historique et Hôtel historique de l’année 2019. Une double distinction d’autant plus appréciable que son jury spécialisé n’avait pas distribué de lauriers en Suisse romande depuis de longues années.

«Les distinctions sont décernées pour le soin apporté à la conservation et à l’entretien du caractère historique dans des établissements de l’hôtellerie-restauration», a souligné son président, Gerold Kunz. Cela tient évidemment du hasard, mais les deux lauréats ne sont pas uniquement réunis par l’obtention de ce prix. La splendide cheminée du Grand Hôtel et les boiseries de l’Italie et de l’Helvétie ont été travaillées par un même artisan: le maître ébéniste et sculpteur lausannois Constant Vez (1873-1947).

C’est notamment à lui qu’a pensé Maurice Decoppet en recevant son prix aux Rasses, lundi à la mi-journée. «C’est à la fois une reconnaissance pour tous ceux qui ont rendu possible la restauration de cette flotte historique, mais évidemment pour ceux qui ont réalisé ces huit bateaux, mis à flot entre 1904 et 1927», relève le président de CGN Belle Époque SA.

«L'avenir de la flotte Belle Époque de la CGN est assuré pour les cinquante années à venir»

Initialement, la flotte était constituée de douze bateaux à aubes, mus par la vapeur. Quatre d’entre eux ne naviguent plus. Racheté par une association privée, le Genève est amarré aux Eaux-Vives et a été affecté à une mission sociale. Le Lausanne, le Général -Dufour et le Valais ont été désarmés et démolis. Restent donc le Montreux, le Vevey, l’Italie, La Suisse, le Savoie, le Simplon, l’Helvétie et le Rhône. Classées aux Monuments historiques par le Conseil d’État en 2011, ces figures de proue du tourisme ont bénéficié d’importantes rénovations générales dès 1998.

«Les trois cantons riverains – Vaud, Valais et Genève – ont engagé à ce jour 85 millions de francs dans la rénovation des six premiers, soit environ les deux tiers des coûts totaux», souligne, avec reconnaissance Maurice Decoppet. Avec ces importants chantiers, la flotte Belle Époque de la CGN semble assurée pour les cinquante années à venir. «D’autant que nous espérons pouvoir remettre en service dans un avenir pas si lointain le Rhône. Puis devrait venir le tour de l’Helvétie», souffle le président.

«On savait qu’on avait un passé, maintenant, on a un avenir»

Là-haut, sur la montagne nord-vaudoise un autre représentant du tourisme vaudois avait le sourire. Et pas seulement parce que la terrasse panoramique de «son» Grand Hôtel toisait de haut la chape de brouillard qui recouvrait une bonne partie du canton. En dix jours, l’établissement propriété du Groupe BOAS a ainsi obtenu le label «Swiss Historic Hotel» et ce prix ICOMOS. «On savait qu’on avait un passé, maintenant, on a un avenir», lance le directeur Patrice Bez.

Pour lui, cette distinction qui intervient l’année des 120 ans de l’ouverture de l’hôtel, n’est pas jute un autre prix. «Nous sommes en moyenne montagne. Les gens n’arrivent pas chez nous par hasard. On doit les inciter à venir. Et pour cela, nous devons nous remettre en permanence en question. Ces deux prix, les investissements consentis depuis 2011 et les rénovations encore à venir vont dans ce sens.» (24 heures)

Créé: 12.11.2018, 22h23

Articles en relation

Le Grand Hôtel s'offre le label historique

Les Rasses L’établissement du balcon du Jura qui fête ses 120 ans est devenu le 6e Swiss Historic Hotel de Suisse romande Plus...

La rénovation du Belle Epoque «Italie» fait l'unanimité

Vaud Le Grand Conseil a voté comme un seul homme un crédit de 3 millions destiné à compléter la financement de la rénovation du bateau. Plus...

Le patron du patrimoine quitte l’Etat de Vaud

Conservation Laurent Chenu redevient architecte indépendant. Il a passé 9 ans au service du développement du patrimoine vaudois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.