Quand les Payernois racontent leur abbatiale

TémoignagesEn vue d’ouvertures exceptionnelles, en juin prochain, du site en travaux, plusieurs Payernois ont raconté leurs souvenirs de l’abbatiale au micro.

Sous le micro de Gérald Wang, les étudiants Bruno Lambert, Valentine Ulrich, Mathilde Blum et Naomi Spicher ont interprété des pastiches d’un chant grégorien.

Sous le micro de Gérald Wang, les étudiants Bruno Lambert, Valentine Ulrich, Mathilde Blum et Naomi Spicher ont interprété des pastiches d’un chant grégorien. Image: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Il est trop bas ce mi. Et je vais vous accompagner en faisant la basse, cela va vous aider». En ce jeudi matin, Nicolas Fragnière, enseignant de musique au gymnase intercantonal de la Broye dirige quatre de ses élèves réunis dans le chœur de l’abbatiale de Payerne en plein travaux. Dans le cadre d’un projet participatif nommé «les Payernois racontent leur abbatiale», ces élèves interprètent plusieurs pastiches d’un chant grégorien, devant le micro de Gérald Wang, ingénieur du son. À la clé, le projet permettra au monument, fermé pour au moins encore une année, de procéder à des ouvertures exceptionnelles en juin prochain, histoire de découvrir le produit fini sous forme de balade sonore d’environ une heure à l’aide d’audioguides.

«L’abbatiale fait partie intégrante de la vie des Payernois. Son visuel est repris sur nombre de blasons de sociétés locales. Il nous semblait intéressant de donner la parole aux habitants sur leur ressenti par rapport à ce monument», explique Julia Taramarcaz, conservatrice du site, qui pilote le projet avec le concours d’Émilie Bender, comédienne et médiatrice culturelle.

Durant un gros mois, une vingtaine d’interviews de personnalités ont été réalisées, mais aussi des ateliers dans des classes scolaires, des micros-trottoirs. Payerne étant réputée pour ses Brandons, une Guggenmusik locale a même été enregistrée en répétition. «Au total, nous avons plus de 22 heures de rush, avant de commencer le montage», précise Gérald Wang.

Parmi les intervenants, Lucette Schulé craint d’avoir été trop bavarde. «Ils sont venus chez moi deux lundis après-midi et j’ai parlé pendant plus d’une heure à chaque fois de mes souvenirs. Comme mon mari était le directeur de l’Office du tourisme, nous avons aidé à l’organisation de concerts et expositions notamment.» Certains se sont rappelé des fouilles déjà entreprises en 1959, ou alors encore plus tôt d’une soirée au Café du Marché voisin qui s’est prolongée sous la forme de pas de danse dans la nef de l’édifice.

«Je suis née dans un bâtiment voisin et cela a été un crève-cœur pour moi, quand nous avons déménagé à la rue d’Yverdon dans mon enfance et que je ne voyais donc plus l’abbatiale chaque matin», raconte pour sa part Danielle Thévoz, engagée dans l’église protestante vaudoise. Avec fierté, elle ajoute qu’elle conserve toujours chez elle une photo, où on la voit enfant aux côtés de deux policiers, dont le poste était situé dans le bâtiment, qui a connu de multiples utilisations au fil des ans.

«Sans se vouloir scientifique, cette collecte de données va permettre de garder une trace de nombre d’anecdotes sur le passé de l’abbatiale», se réjouit Julia Taramarcaz. En vue des visites exceptionnelles de l’été, les reportages seront habillés du chant grégorien, interprété par les élèves du GYB, après avoir recomposé la partition d’origine dans les différentes époques traversées par l’édifice depuis plus de 1000 ans. Ainsi, les futurs visiteurs profiteront encore d’une version renaissance à l’époque de Jocelyn Despres, un pastiche classique du temps de Mozart ou Haydn, une partition baroque qu’aurait apprécié Bach ou une version renaissance à la mode de Debussy. (24 heures)

Créé: 11.02.2018, 14h56

Articles en relation

Deux fontaines historiques se feront face à Payerne

Broye vaudoise La cité broyarde souhaite poursuivre le réaménagement de son centre historique en déplaçant deux fontaines classées. Plus...

Les voitures à l’abbatiale, c’est bientôt fini

Payerne Les véhicules seront interdits sur la place du Marché et 63 places de parc vont disparaître. Des compensations sont prévues. Plus...

L'abbatiale de Payerne va devenir blanche

Broye En restauration depuis des mois, le fleuron millénaire de l’art roman sera recouvert d’un badigeon blanc. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Laeticia et l'héritage de Johnny
(Image: Valott) Plus...