Qui est le pervers qui a écumé les bains thermaux pendant trois ans?

Yverdon-les-BainsArrêté l’an dernier, le maniaque des images volées était très suivi. Son principal profil a été supprimé.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Compte tenu de la quantité de prises de vues, on doit admettre que le nombre de femmes victimes de ces agissements est potentiellement important.» Cet euphémisme est à peu près la seule phrase lâchée par le Ministère public à propos de l’individu arrêté fin novembre dernier pour avoir filmé, à leur insu, les usagers et surtout les usagères du Centre thermal d’Yverdon avant de diffuser les images sur un des plus importants sites pornographiques d’internet («24 heures» de mardi).

En fait, des centaines de victimes, suisses et étrangères, en ont sans doute fait les frais. De la fillette à la retraitée en passant par des femmes enceintes ou des couples. Le pervers des bains thermaux est une vedette chez les voyeurs et exhibitionnistes. Son profil est très suivi, très actif, et a été consulté près d’un million de fois.

Le nombre de spectateurs de ce qu’il appelle «son travail» est de la même échelle. Pour donner une idée, 50 de ses quelque 500 vidéos totalisent à elles seules quelque quatre millions de visualisations. On passera sous silence les détails scabreux des commentaires des admirateurs, qui encouragent sans cesse le voyeur.

Des milliers de suiveurs

Sous ce profil très facilement accessible, le pervers a réussi à se constituer une communauté d’environ 10'000 personnes. Nous en avons contacté plusieurs. Leur admiration pour cet abondant contributeur est inquiétante. Dans leur monde, la prise de risque du pervers et «la qualité» de ses images, peut-être obtenues par une simple montre qu’on retrouve sur des sites de ventes douteux, sont valorisées. Ces adeptes expliquent le plus normalement du monde l’attrait que constituent, pour eux, les piscines: les gens y sont facilement nus, et ont l’attention ailleurs. Et ceux qui s’en offusquent ne sont «que des coincés».

Les activités du pervers à Yverdon semblent remonter à décembre 2015. Avant, il se contentait de commenter des milliers de films tournés dans les piscines et les cabines des magasins. Puis il va tenter sa chance, d’abord très discrètement. C’est ainsi que l’individu serait resté aussi longtemps sous les radars. «Il n’y a pas de profil type. C’est un fléau qui touche toutes les piscines et qu’on ne pourra endiguer qu’avec la collaboration de tous, professionnels comme baigneurs», réagit Sophie Cook, directrice adjointe des Bains d’Yverdon.

À partir de 2016, ses mises en ligne, et donc probablement aussi ses passages aux bains, ont lieu chaque mois. Elles sont même parfois espacées de quelques jours seulement. Puis, en mars 2017, l’individu passe à la vitesse supérieure. Il se filme lui-même dans le plus simple appareil, sous l’eau. Il finit par suivre les baigneuses et à se toucher les parties intimes, le plus près possible des personnes observées.

Nouvelle étape en janvier 2018. La caméra sort de l’eau et colle aux usagers, toujours à leur insu, dans les douches et les couloirs. «C’est juste sensationnel ce que tu fais», encourage encore un autre accro, qui cache son identité derrière la photo du baron von Richthofen.

Compte tenu de l’enquête en cours, rien ne filtre sur ce pervers du côté des autorités. Mais sur la Toile, son profil se retrouve un peu partout. Il se présente plusieurs fois comme un cinquantenaire monégasque, ou un habitant de Franche-Comté ou de Rhône-Alpes. On le retrouve sur au moins trois sites de rencontre, où il diffuse notamment ses propres images scatophiles. Le pseudonyme sert aussi à un site d’exhibition par webcams interposées.

Vidéos et compte supprimés

Sur un site russe, l’individu totalise 2536 photos. Des femmes suivies de près, des jupes, des mineurs en maillot de bain, jusqu’à la nausée. Tout y passe. Des images prises lors d’une exposition de voitures à Genève, dans des magasins, dans la rue, dans des bains thermaux encore.

Le 27 novembre 2018, il dit avoir passé une «session supersexy à la piscine aujourd’hui». Ce sera son dernier message. Deux jours plus tard, il sera arrêté en flagrant délit.

Suite à notre article de mardi, la plupart des vidéos ont été supprimées, de même que le compte de leur auteur. «On a plus de nouvelles qu’es sui se passe», s’y interrogeait encore récemment, sans réponse, un de ses amateurs.

Créé: 14.08.2019, 22h54

Articles en relation

Le pervers a publié 512 vidéos de femmes piégées

Yverdon-les-Bains L’année dernière, un voyeur a baladé sa caméra indiscrète dans les bassins yverdonnois. Il a ensuite posté ses vidéos sur des sites à caractère pornographique. Il a été interpellé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.