Passer au contenu principal

Une pharma indienne dans le sillage d’Incyte

La société ACG a choisi Y-Parc pour s’installer en Suisse. Elle entend créer une quarantaine d’emplois.

Ettore Cucchetti, président-directeur-général d'ACG Inspection SA, qui vient de s'installer à Y-Parc.
Ettore Cucchetti, président-directeur-général d'ACG Inspection SA, qui vient de s'installer à Y-Parc.
JEAN-PAUL GUINNARD

Y-Parc surfe sur la vague Incyte. Dans le sillage de l’installation du géant américain spécialisé dans le développement de médicaments et de traitements contre le cancer, le Parc scientifique et technologique (PST) s’est réjoui mardi de l’arrivée d’ACG Inspection SA. Elle aussi active dans l’industrie pharmaceutique, la multinationale indienne a en effet transféré son site de Zagreb, en Croatie, où elle dispose encore de sa plus grande usine de production d’Europe, dans le Nord vaudois.

Les premiers collaborateurs d’ACG ont commencé leur activité yverdonnoise en mars. Aujourd’hui au nombre de sept, installés dans l’un des immeubles historiques du parc, ils investiront des surfaces plus grandes dans le bâtiment Copernic. En construction, ce dernier devrait être achevé fin 2020. S’y trouveront leurs bureaux et une usine de production pour l’Europe de 1000 m2 environ. «D’ici à la fin de l’année, nous serons une dizaine», assure le CEO, Ettore Cucchetti. Si elle suit son business plan, la multinationale devrait occuper d’ici à sept ans quarante personnes, principalement dans les domaines de la vente, de la R&D et de l’opérationnel.

Présente dans plus de 100 pays, la firme fondée en 1964 à Mumbai emploie 5000 personnes. Son cœur de cible est la production de capsules et autres gélules et d’emballages en aluminium pour l’industrie pharmaceutique, nutritionnelle, cosmétique et alimentaire. À Yverdon, son activité se déclinera principalement suivant deux axes. «D’abord de l’Internet of things, soit prendre toutes les données d’une usine et les traiter de manière à optimiser son fonctionnement. Cela concerne aussi bien sa productivité que sa consommation d’énergie», explique François Bangerter, business development manager de la firme.

Il est aussi question de process analytical technology (PAT), en français technologie analytique des procédés, qui assure un contrôle en continu et en temps réel de la fabrication du produit. «C’est un des maillons indispensables dans la chaîne de la traçabilité du domaine de la pharma, souligne Philippe Leuba, conseiller d’État en charge de l’Économie. Ce souci, les sociétés doivent le considérer comme essentiel, car le client a toutes les raisons de vouloir savoir ce qu’il consomme. Et particulièrement dans ce domaine.»

Comme lui, la directrice d’Y-Parc s’est félicitée de cette installation d’ACG à Yverdon qui vient enrichir une Health Valley vaudoise forte de près de 400 entreprises et 20 000 emplois. «ACG a choisi notre site alors qu’elle aurait pu s’installer n’importe où.» Une décision qui doit beaucoup au travail des acteurs de la promotion économique et des facilités de recrutements de talents grâce à la proximité de l’EPFL et de la HEIG-VD.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.