Des pigeons d’Estavayer ont été pris pour cible

Fait diversDu sang et des plumes ont été retrouvés dimanche dans la vieille ville. Ce qui suscite l’émotion des passants.

Des traces de sang et des plumes ont été retrouvés au pied de la muraille du château, dimanche.

Des traces de sang et des plumes ont été retrouvés au pied de la muraille du château, dimanche. Image: FACEBOOK / DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le «spectacle» n’a rien de très ragoûtant. Dimanche après-midi, des traces de sang et quelques plumes de pigeons maculaient les pavés de la vieille ville d’Estavayer-le-Lac. À l’heure de la promenade de fin de semaine du côté du château, il n’en fallait pas plus pour soulever quelques interrogations au sein de la population staviacoise et sur les réseaux sociaux.

«C’est mon chien qui a attiré mon attention alors qu’on se baladait», souligne Emmanuel Ansermet. Ce chasseur, ancien habitant de la Cité à la Rose, imagine ce qui a pu se passer. «Je sais que depuis quelques années les gardes-faune ou les agents de police peuvent recevoir le mandat d’effectuer des tirs de régulation sur les pigeons.» À Estavayer, les pigeons posent problème, notamment parce qu’ils détériorent les murailles de molasse des édifices médiévaux. Reste que si le tir de régulation a été préféré il y a plusieurs années à l’empoisonnement, la pratique ne devrait pas laisser de telles traces à la vue de tout le monde. «Imaginez ce qui se dit quand un chasseur n’a pas tout bien nettoyé en pleine campagne après avoir prélevé du gibier», reprend Emmanuel Ansermet.

Quoi qu’il en soit, cette piste n’est vraisemblablement pas la bonne. «On n’a pas du tout parlé de cette problématique depuis des mois», affirme le syndic, André Losey. Une réponse corroborée par les gardes-faune: «Ni moi ni mon collègue, Gérald Bossy, n’avons dû tirer des pigeons récemment», relève Pascal Kämpfer.

Pour lui, ces traces peuvent en revanche être le fait d’une prédation animale. Les pigeons sont des proies prisées des chats. «Je ne sais pas s’il y est encore, mais il y a quelque temps, un chat vivait dans une tour du château et il faisait pas mal de dégâts parmi la colonie de pigeons.» Toutefois, le félin a plutôt pour habitude de s’en aller avec sa victime. Les plumes trouvées au même endroit laisseraient plutôt supposer que le volatile a été dépecé sur place. Une pratique propre aux rapaces, autour ou épervier, selon le garde-faune. (24 heures)

Créé: 20.02.2018, 06h58

Articles en relation

Berne chouchoute ses pigeons

Série Ces bêtes qui nous embêtent (3/4) Plus...

Les défenseurs de l'environnement ciblent le tir au pigeon

Vallorbe Le stand de tir de Vallorbe, l'un des rares du canton à être utilisé pour le tir aux volatiles d'argile et au lièvre mobile, est sous le feu des critiques des écologistes: le site est au cœur d'un précieux marais. L'heure est aux négociations. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 19 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...