Les plantes parlent, la HEIG-VD tente de les comprendre

SciencesLa Haute école d'ingénierie et de gestion du canton de Vaud participe à un projet de recherche visant à décrypter le langage des végétaux.

Le système imaginé par Vivent pour amplifier les signaux électriques et les convertir en signaux digitaux.

Le système imaginé par Vivent pour amplifier les signaux électriques et les convertir en signaux digitaux. Image: Vivent

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elles ne font aucun bruit. Et pourtant, les plantes sont loquaces. Via de minuscules signaux électriques transmis entre leurs cellules, elles expriment leur état de santé, leur stress, leur bien-être, comme les menaces qui pèsent sur elles. Le problème? Si les premières recherches sur ces signaux datent de plus de 100 ans, le langage des plantes reste en grande partie incompris. Interpréter la parole végétale et la traduire, tel sera dès mars l’objectif d’une équipe de la Haute École d’ingénierie et de gestion du canton de Vaud (HEIG-VD), dans le cadre d’un projet de recherche de dix-huit mois, budgété à 500'000 francs et cofinancé par la Confédération et l’entreprise vaudoise Vivent. L’Agroscope et la Haute École d’ingénierie et d’architecture de Fribourg y collaborent.

«Nous allons analyser une grande masse de données pour identifier des modèles de communication, détaille la professeure Laura Elena Raileanu, directrice du groupe transversal santé, ingénierie et gestion. On voit par exemple que les plants de tomates réagissent chimiquement aux attaques d’acariens en rendant leurs feuilles amères. Si nous arrivons à identifier en amont les signaux d’alarme émis par les plants, nous pourrions prévenir ces attaques.»

Les données sur lesquelles se penchera la HEIG, proviennent de l’entreprise Vivent. Cette dernière a développé un appareil qui permet d’amplifier les signaux électriques, pour les convertir en signaux digitaux. «Nous savons que les plantes parlent, notre but est maintenant de prouver scientifiquement qu’elles communiquent entre elles et de les comprendre, souligne Carrol Plummer, fondatrice de Vivent. Par exemple, une étude montre qu’en Afrique les acacias émettent un signal d’alarme lorsque les antilopes s’attaquent à leurs feuilles. Non seulement ces dernières produisent du tannin en quantité létale pour les antilopes, mais l’arbre relâche alors de l’éthylène, avertissant ses congénères, dont les feuilles deviennent mortelles en cinq à dix minutes.»

Au-delà du domaine de l’agriculture et du jardinage, le projet de recherche pourrait également entraîner des avancées dans les systèmes de communication. «Nous postulons qu’à l’instar des plantes, les êtres humains produisent des signaux électriques non neuronaux. Si nous arrivons à déceler les modèles de communication des végétaux, nous pourrions donc nous en inspirer pour optimiser nos propres systèmes, comme les smartphones», conclut Carrol Plummer. (24 heures)

Créé: 26.02.2018, 17h28

Articles en relation

«Les plantes supportent deux jours sous l’eau»

Inondations Stéphane Teuscher explique pourquoi les cultures auront bien supporté les inondations. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...