Le PLR met le conseiller Cochand sur la touche

Yverdon-les-BainsAux yeux du parti, l’élu agit trop en indépendant. Jusqu’à nouvel ordre, il ne pourra plus participer aux séances de groupe, ni être éligible dans les commissions ad hoc.

Daniel Cochand a été sanctionné par son parti, le PLR, qui juge sa conduite trop «indépendante».

Daniel Cochand a été sanctionné par son parti, le PLR, qui juge sa conduite trop «indépendante». Image: JEAN-PAUL GUINNARD - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il y a de l’eau dans le gaz entre le PLR yverdonnois et l’un de ses élus. Une entrevue a eu lieu samedi entre Daniel Cochand et le comité local du parti, qui a pris la décision de mettre pour un certain temps leur collaboration entre parenthèses. En conséquence, le conseiller communal ne participera plus aux séances de groupe et ne sera plus éligible pour les commissions ad hoc nommées par le parti.

Évoquée dans les sphères politiques, son exclusion du PLR n’a pas été prononcée. «Ce n’est pas le bon moment pour prendre ce genre de décision», précise Christian Weiler, président du PLR. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase est tombée en mars dernier, lorsque Daniel Cochand a déposé avec l’UDC Aude Briand auprès du Conseil d’État un recours contre la validation par le Conseil communal de l’important dépassement de crédit lié au remplacement de la salle de gymnastique de la rue Pestalozzi. «Pour nous, c’est du formalisme primaire qui n’apporte rien au débat parlementaire», souligne Christian Weiler.

Conduit par la municipale PLR Gloria Capt, cet important chantier est menacé par cette action. Le recours est en effet susceptible d’avoir un effet suspensif. Du coup, le permis de construire de la salle risque de ne plus être valable quand les travaux pourront commencer. Ce qui remettrait en cause – au minimum – la mise à disposition des locaux censés être prêts pour la rentrée 2019.

«Depuis un certain temps, Daniel Cochand agit comme un indépendant», estime le président du PLR. Plusieurs éléments semblent ainsi démontrer que la confiance réciproque n’était plus de mise entre l’élu et son parti. Pour autant, la fracture est-elle irréparable? À voir. «Nous nous donnons du temps pour examiner comment la situation va évoluer, car nous n’oublions pas que c’est un conseiller très investi, qui a fait beaucoup de choses pour notre parti», reprend le président.

Je prétends que je reste PLR et que je suis une ligne PLR

De son côté, Daniel Cochand assure qu’il arrive à comprendre que le comité ait pris cette décision et se dit content de ne pas avoir été exclu du PLR. Une sanction contre laquelle il aurait recouru. «Je prétends que je reste PLR et que je suis une ligne PLR. Malgré cette mise entre parenthèses, je peux toujours participer aux séances du Conseil communal, où je pourrai encore donner mon avis.» Il pourra en outre toujours siéger au sein de la commission de gestion, ce qui n’aurait plus été possible en cas d’exclusion. «C’est un peu une non-mesure qui a été prise, un peu comme si on m’offrait des vacances, mais je n’ai pas l’impression qu’on me sanctionne beaucoup», conclut le frondeur. (24 heures)

Créé: 08.05.2018, 18h25

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.