Un pont donne des sueurs froides à La Sarraz

TravauxAu bout de la Grand-Rue, la réfection d’un pont pose de sérieux problèmes de sécurité pour les enfants.

La Sarraz, 30 janvier 2016, le pont nouvellement rénové de la route de Ferreyres est un danger pour les enfants: un renfort de la barrière permettrait facilement de monter sur la rambarde. Des barrières de sécurité ont été placées préventivement.

La Sarraz, 30 janvier 2016, le pont nouvellement rénové de la route de Ferreyres est un danger pour les enfants: un renfort de la barrière permettrait facilement de monter sur la rambarde. Des barrières de sécurité ont été placées préventivement. Image: CELLA FLORIAN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La route qui relie La Sarraz à Ferreyres commence par un pont, d’une quarantaine de mètres de longueur, qui surplombe une petite zone industrielle. Un ouvrage vieillissant, qui appartenait autrefois à l’Etat, et que la commune, désormais propriétaire, a fait rénover l’an dernier. Les travaux, d’une durée de quatre mois, se sont achevés juste avant Noël. Elles ne le diront jamais ainsi, mais quand les autorités ont découvert le nouveau pont, elles en ont eu des sueurs froides. Voyez plutôt. Si la structure de l’ouvrage a été entièrement refaite, il en va de même des garde-corps, d’une hauteur d’environ 1,10 m. Ceux-ci ont été équipés, à mi-hauteur, d’une glissière de sécurité sur toute la longueur du pont. Destinée à absorber le choc d’un véhicule dont le conducteur aurait perdu le contrôle, c’est elle qui, à l’achèvement des travaux, à savoir bien trop tard pour réagir, a profondément préoccupé la Municipalité. En l’état, la glissière constitue en effet une sorte de marchepied sur lequel un enfant - ils sont nombreux à emprunter le pont tous les jours - peut facilement grimper et basculer dans le vide.

Le mal étant fait, c’est donc dans l’urgence que les autorités ont demandé à la voirie d’ installer, tout au long de l’ouvrage, des grillages de deux mètres de hauteur dans le sens La Sarraz-Ferreyres, à l’endroit où le trottoir est le plus large, et des barrières Vauban de l’autre côté. Une solution provisoire qui donne un air inachevé, pour ne pas dire inquiétant, à un pont dont la réfection a tout de même coûté près d’un million de francs.

«Il est hors de question, pour nous, que l’on se passe de cette sécurisation supplémentaire. Nous avons tout simplement peur pour nos enfants.»

Syndique de La Sarraz, Rosa Mischler ne cache pas son embarras: «Nous avons pris la décision de sécuriser le pont juste avant Noël, mais nous n’avons pas encore eu le temps de rencontrer le bureau d’ingénieur pour tenter de résoudre durablement le problème, précise-t-elle. Raison pour laquelle je ne peux pas vous dire si l’ouvrage est aux normes. Cela dit, il est hors de question, pour nous, que l’on se passe de cette sécurisation supplémentaire. Nous avons tout simplement peur pour nos enfants.»

Luca Tassinari, du bureau d’ingénieur qui a réalisé la réfection du pont, Küng et Associés, à Payerne, accueille avec sérénité les inquiétudes municipales. «Les garde-corps et la glissière de sécurité contre le choc d’un véhicule sont parfaitement aux normes, souligne-t-il. Néanmoins, si la commune veut se montrer encore plus prudente en envisageant des mesures supplémentaires pour assurer la sécurité des plus jeunes, nous sommes ouverts à la discussion.»

En attendant que celle-ci ait lieu, il y a fort à parier que la réfection du pont de la route de Ferreyres, épisode de la vie de La Sarraz, coûtera plus cher que prévu.

Créé: 03.02.2016, 15h20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.