Passer au contenu principal

Le premier radar fixe d’Yverdon inquiète les pompiers

La paperasse engendrée par les flashes, plus que les amendes, fait tousser les hommes du feu.

Le radar a été installé récemment. Des tests sont effectués en vue de sa prochaine mise en service officielle.
Le radar a été installé récemment. Des tests sont effectués en vue de sa prochaine mise en service officielle.
FRÉDÉRIC RAVUSSIN

Des dix villes vaudoises les plus peuplées, Yverdon était la seule avec Vevey et Gland à ne pas disposer de radar fixe. Ce ne sera bientôt plus le cas. Bien que pas encore opérationnel – des tests sont en cours, il le sera tout bientôt –, l’appareil fait déjà quelques remous. Son emplacement inquiéterait le Service de défense incendie et de secours (SDIS) Nord vaudois, affirme un pompier milicien. C’est que la machine qui flashe les excès de vitesse et les feux rouges grillés a été posée non loin de la caserne, à l’intersection des rues de l’Arsenal et de l’Ancien-Stand, de l’allée de Winterthour et de l’avenue des Sports.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.