Projet pédagogique autour des chaises d’Enzo Mari

Yverdon-les-BainsD’une planche de bois à un objet design exposé: douze jeunes du SemoNord ont conduit un travail pratique et théorique de A à Z.

Yonas Araya, Romain Chautems, Luca Garcia, Bruna Sousa 
et Léonie Sixt, du SemoNord, exposent au Loft.

Yonas Araya, Romain Chautems, Luca Garcia, Bruna Sousa et Léonie Sixt, du SemoNord, exposent au Loft. Image: JEAN-PAUL GUINNARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La littérature a eu «Les chaises» de Ionesco, le SemoNord celles du designer Enzo Mari. Douze jeunes participants de cette structure qui les accompagne dans leur recherche de formation professionnelle ont réalisé des sièges en bois semblables à ceux conçus en 1974 par le créateur italien. Elles sont exposées au Loft jusqu’au 21 juillet.

Ce travail commencé voilà six mois est l’occasion pour eux de mener un projet de A à Z, d’aborder les multiples domaines en découlant: de l’histoire de l’art à la menuiserie, en passant par le dessin technique ou la scénographie de l’expo. Sans oublier la réflexion souhaitée par Enzo Mari quand il publie les plans de ses meubles comme un manifeste pédagogique.

Mais si le Milanais publie les plans de meubles à réaliser soi-même (on les trouve aujourd’hui en ligne) il omet certains détails, comme pour donner un peu plus corps au titre de son ouvrage, «Autoprogettazione?» Les dimensions sont données, mais pas les mesures d’angles. «On a d’abord réalisé des modèles à l’échelle 1/10 pour se familiariser avec la menuiserie et bien comprendre le fonctionnement de la chaise», expliquent Clément Crevoisier et Damien Ulmann, les encadrants du projet. «Malgré tous nos calculs, on a eu des mauvaises surprises», sourit Luca Garcia. «Du coup, on était vraiment impatient de voir si les pièces des vrais modèles allaient s’ajuster», souligne Bruna Sousa.

Les jeunes gens ont donné de leur personne à tous les niveaux. Ils ont même pris un peu de liberté avec les préceptes du maître: les vis ont remplacé les clous pour faciliter les modifications en cas d’erreur. Et plusieurs chaises n’ont pas conservé leur teinte naturelle. Pour que le projet soit totalement abouti, il fallait qu’il puisse susciter le débat public. En les accueillant dans sa boutique, William Montagrin leur en a donné la possibilité. «Leur démarche est très intéressante. En la mettant en avant, on répond aussi à une intention du design: nourrir la réflexion.» (24 heures)

Créé: 20.06.2018, 22h11

Yverdon, rue des Pêcheurs 7, Loft

Exposition «Travail Confrontation Égalité Épreuve Jeu Artiste Complexité», jusqu’au sa 21 juillet. Fermé dimanche et lundi.

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.