«Le PS ne doit pas suivre les idées néolibérales»

OrbeAprès 24 ans à la tête de la section socialiste locale, Didier Zumbach passe la main et se recentre sur ses activités syndicales.

Peintre en bâtiment de formation, Didier Zumbach était arrivé à la tête du Parti socialiste d’Orbe et environs en 1995. Il a demandé à être relevé de sa charge lors de l’assemblée générale du 7 mai. Image: Jean-Paul Guinnard/24heures

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je pense qu’après vingt-quatre ans de présidence, il était temps de céder ma place, rigole Didier Zumbach. Il faut de nouvelles impulsions et je n’ai plus la force pour tirer la section vers le haut.» Lors de l’assemblée générale du 7 mai, celui qui était arrivé à la tête du Parti socialiste d’Orbe et environs en 1995 a demandé à être relevé de sa charge. Jacques-André Mayor, ancien député et municipal, s’est donc porté candidat pour lui succéder et a été élu.

«Je ne me fais aucun souci pour l’avenir de notre section, assure Didier Zumbach. Jacques-André a une longue expérience politique et saura mener à bien les défis à venir que sont les élections fédérales de cet automne et les élections communales dans un peu moins de deux ans.» Syndicaliste depuis de nombreuses années, le peintre en bâtiment de formation souhaite désormais revenir à la lutte, «celle qu’on mène sans faire de concessions», développe-t-il. «Je reste au comité du PS d’Orbe car j’ai toujours des idées à apporter, confie Didier Zumbach. Je devrais normalement reprendre la présidence d’Unia Vaud d’ici à deux ans (ndlr: il en est aujourd’hui le vice-président). Cette fonction, à côté de mon siège au Conseil communal d’Orbe, sera mon nouveau combat.»

Avoir un syndic socialiste

Difficile de faire le bilan de tant d’années de présidence. Si Jessica Jaccoud, la présidente du Parti socialiste vaudois, rappelle le «très grand engagement» de Didier Zumbach, autant au niveau local que cantonal en tant que membre du comité directeur, ou même fédéral à l’assemblée des délégués, lui retient essentiellement une chose: l’accession de son «camarade» Henri Germond à la syndicature d’Orbe en 2016. «C’est le premier socialiste de l’histoire d’Orbe à devenir syndic, explique Didier Zumbach. Je m’étais fixé cet objectif il y a de nombreuses années et pas uniquement pour pouvoir nous en féliciter. Le Parti socialiste à un vrai rôle à jouer à Orbe avec sa politique du logement et de la protection des travailleurs.»

Cependant, malgré le succès d’Henri Germond dans les urnes, la section avait perdu des plumes lors des élections communales en 2016, passant de 16 sièges à 13 au sein de l’organe délibérant. Le Parti socialiste peine-t-il à séduire les électeurs? «Je crois qu’il faut être encore plus présent, analyse Didier Zumbach. Nous devons organiser plus de stands, plus de rencontres et plus de débats.»

La visibilité du parti ne serait toutefois pas la seule chose à améliorer. «Nous devons rajeunir notre effectif, poursuit l’ancien président. J’estime que notre parti ne doit pas être dirigé par des vieux messieurs de 55 ans et plus qui ne sont peut-être pas conscients des problématiques qui touchent les 18-30 ans.»

Un PS «néolibéral»?

Par ailleurs, toujours selon l’Urbigène, le parti doit veiller à suivre sa ligne actuelle. «Nos électeurs ont besoin d’être soutenus par un PS volontaire et engagé, tonne Didier Zumbach. Ce dernier ne doit pas terminer comme les PS européens, contaminés par les idées néolibérales. Ce ne sont pas nos valeurs et nous ne devons pas les suivre. Il faut le répéter, encore et encore.»

Si la question préoccupe Didier Zumbach, c’est parce qu’il estime que certains «pourraient avoir envie de transformer l’ADN du parti». Au sein de la section cantonale? «Le PS vaudois va toujours dans la bonne direction, tempère l’ancien président. Tout dépend des velléités de chacun. Ce que je sais d’expérience, c’est qu’il ne faut pas hésiter à aller discuter et, finalement, c’est toujours le camp des travailleurs qui gagne.» (24 heures)

Créé: 18.05.2019, 10h42

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.