Quatre constructeurs jugés pour grave pollution du sol

Nord vaudoisUne citerne sur un chantier avait mystérieusement perdu son mazout à Gossens, près de la Menthue.

Une vieille ferme était en démolition à Gossens, dans le Nord vaudois, quand les faits incriminés ont eu lieu. Les employés ont d'abord cherché à cacher la fuite de mazout, avant de déclarer l'accident. Aujourd'hui, les responsabilités restent difficiles à établir.

Une vieille ferme était en démolition à Gossens, dans le Nord vaudois, quand les faits incriminés ont eu lieu. Les employés ont d'abord cherché à cacher la fuite de mazout, avant de déclarer l'accident. Aujourd'hui, les responsabilités restent difficiles à établir. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Espérons que les chantiers du même acabit soient rares dans la campagne vaudoise. Le Tribunal d’Yverdon tentait mercredi, avec une sainte patience, de savoir qui, dans une équipe de quatre accusés, était responsable d’avoir laissé fuiter du mazout lors de la transformation d’une vieille ferme en locatif moderne à Gossens, près de Donneloye, en 2014. S’échappant d’une vieille citerne en plastique, extraite du rural en démolition, le mazout (2000 ou 400 litres selon les estimations produites) avait failli couler peu à peu dans la Menthue. Par chance, le sous-sol a retenu le liquide. Il y en a toutefois eu pour 170 000 francs de dépollution et les lieux sont aujourd’hui au cadastre des sites pollués.

S’exprimant avec peine, une fratrie originaire du Kosovo, alors en charge des travaux, minimise et plaide l’oubli. «Je ne sais plus où elle était, cette citerne. Je suis presque jamais venu et, de toute manière, ce chantier était un sacré bordel, les ordres changeaient tout le temps», invoque, agacé, l’aîné, qui tend à charger son frère (depuis la faillite de l’entreprise familiale, après cette affaire, ils ne sont plus en très bons termes). «Moi je ne sais plus qui m’a dit de la sortir du bâtiment, cette citerne», se défend le maçon, qui parfois admet avoir peut-être endommagé la citerne en l’extrayant, parfois dit ne pas savoir comment elle s’est vidée ni pourquoi le site de la pollution ne semble pas correspondre à l’endroit où elle a traîné des mois durant sans surveillance…

Pour l’ancien associé d’un duo immobilier de Renens officiant comme maître d’ouvrage, c’est tout entendu. «Une citerne ne bouge pas toute seule, lance ce retraité volubile, ancien gérant d’un sauna à la santé fragile. Quand elles ont été déplacées plus tard, ces citernes ne fuyaient pas. C’est intentionnel. L’un des frères l’a avoué, au café à Renens.» Tous nient avec des grands gestes. Il poursuit: «Ce mazout a été vidangé plus bas, pour faire crever les arbres qui gênaient la vue du projet voisin!»

«Une citerne ne bouge pas toute seule! C’est intentionnel. L’un des frères l’a avoué, au café à Renens»

Ce projet était aussi celui des associés, aujourd’hui en litige: le retraité a mis son ancien acolyte en poursuite, lui réclamant 100 000 francs. Il invoque des pots-de-vin sur le chantier, répète que son associé d’alors, chauffagiste de profession («Ce n’est pas pareil! Les citernes, c’est un autre CFC», se défend-il), n’a pas perçu le danger, et, enfin, jure ne pas avoir assisté à certaines réunions sur site. C’était son jour de dialyse.

«Ce qui ne l’a pas empêché de venir faire des photos les autres jours, y compris des citernes», s’étouffe le deuxième associé, qui a dû assumer les frais de dépollution (les deux frères n’étaient pas assurés). Pour lui, la fuite est purement accidentelle. «C’est vrai, j’aurais dû être plus vigilant et confier ça à une entreprise spécialisée. Mais les citernes étaient en plastique, et à ma connaissance seules celles en métal devaient être traitées spécialement.» Aujourd’hui gérant de sa société, il nie au passage devoir des milliers de francs de plus-value à ses anciens prestataires. Il se réserve par contre le droit de porter plainte pour diffamation envers son ex-associé.

Tous encourent 150 jours-amendes. Verdict attendu dans les prochains jours.

Créé: 09.01.2019, 18h56

Articles en relation

La pyromane de Gossens a récidivé à Yverdon et Grandson

Nord vaudois En septembre, une sexagénaire avait été arrêtée pour 9 incendies à Gossens. Elle a été relâchée, après une expertise psychologique. Or ,elle est suspecte dans d'autres incendies qui ont eu lieu fin mai. Plus...

L'incendiaire de Gossens n'est pas près d'être libérée

Tribunal criminel La sexagénaire arrive au bout de sa peine de cinq ans mais le procureur refuse qu’on lève son internement. Plus...

Farouche, la Menthue se cache en pleine forêt

L'esprit des rivières Sans cesse mis sous pression par l’activité humaine, les cours d’eau jouent un rôle crucial dans la biodiversité. Pour sensibiliser les Suisses à leur importance et à leur vulnérabilité, le WWF a répertorié les «Perles de rivière», soit les cours d’eau les mieux préservés du pays. Chaque semaine, nous partons à travers le canton à la découverte d’une de ces pépites. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.