Il n’y a plus de recours contre la salle Pestalozzi

Yverdon-les-BainsLes conseillers communaux Aude Briand et Daniel Cochand n’iront pas au Tribunal fédéral. Le bâtiment pourrait être construit dès cet automne.

La future salle de gym Pestalozzi est devisée à 6,2 millions de francs, y compris la démolition de l’ancien bâtiment.

La future salle de gym Pestalozzi est devisée à 6,2 millions de francs, y compris la démolition de l’ancien bâtiment. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Comme nous ne voulions pas passer une fois de plus pour ceux qui feraient tout pour retarder le projet, nous avons décidé de ne pas recourir auprès du Tribunal fédéral (TF).» Déboutés par le Conseil d’État le 9 juillet («24 heures» du 11 juillet), les Yverdonnois Aude Briand et Daniel Cochand jettent l’éponge.

En mars, la conseillère communale UDC et son confrère PLR avaient saisi le gouvernement vaudois, lui demandant d’invalider une décision prise par l’organe délibérant yverdonnois. Selon eux, l’instance communale ne se serait pas prononcée en toute connaissance de cause dans le cadre d’une demande de crédit d’investissement de 6,2 millions de francs pour la réalisation d’une salle de gymnastique et de deux salles de rythmique à la rue Pestalozzi.

Le choix des recourants d’abandonner intervient alors qu’une enquête complémentaire pour modification du projet vient d’être lancée par la Ville. Les deux élus expliquent leur décision par trois raisons. «La première répond à un souci d’intérêt général, souligne Daniel Cochand. Nous ne sommes pas contre ce projet, qui est même nécessaire à nos yeux. Et nous ne voulons pas le retarder.»

La deuxième est financière, le duo de trublions n’ayant pas l’envie d’engager des frais inconsidérés pour un résultat aléatoire. Quant à la troisième, elle est liée à la deuxième. Les deux élus estiment que le TF aurait confirmé la décision du Conseil d’État. «Ce dernier a estimé que les conseillers avaient été suffisamment informés pour juger en toute connaissance de cause. Quoi qu’il en soit, pour nous il y a eu non-respect du règlement du Conseil puisque l’évolution des coûts de ce projet aurait dû faire l’objet d’une communication écrite», reprend le PLR.

Du côté de la Ville, on respire. «Le délai de recours court jusqu’à mi-septembre, mais je pars du principe qu’ils se tiendront à ce qu’ils ont dit à la presse. J’ai donné comme instruction que les contrats pour les entreprises choisies pour ce projet soient préparés», note la municipale de l’Urbanisme, Gloria Capt.

Les modifications qui font l’objet d’une mise à l’enquête complémentaire portent notamment sur le repositionnement de panneaux solaires prévus sur le toit et des modifications dans le système de ventilation. Pour des raisons financières, les plans ont également été changés: le bâtiment n’étant plus excavé, il ne coiffera plus d’abri PCi. La station électrique refait aussi surface. «Il avait été un temps question qu’elle soit bâtie le long du mur de la parcelle voisine, elle se trouvera finalement à l’intérieur du bâtiment», note le municipal des Énergies, Pierre Dessemontet.

Les travaux pourraient débuter cet automne, en vue d’une inauguration à la fin de 2019. Soit quatre mois plus tard que prévu. Un délai à propos duquel Gloria Capt défend l’administration, à qui les recourants ont reproché de faire traîner les choses. «On ne peut pas nous faire grief d’avoir optimisé un projet qui ne fonctionnait pas bien quand je suis arrivée à la tête de ce dicastère…» (24 heures)

Créé: 23.07.2018, 18h10

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 26 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...