Il reste des obstacles à la route de contournement

YverdonLe premier secteur de la fameuse route sera ouvert au trafic cet automne, annonce la Ville. Le point sur les enjeux restants.

Image: Isabelle Caudullo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est devenu une quasi-prophétie chez les élus du Nord vaudois: celui qui coupera le ruban de la route de contournement, plébiscitée en 2012 par les Yverdonnois, sera bien parti pour être le futur syndic de la deuxième ville du canton. Le premier secteur du projet, au sud, dont les travaux avancent rondement, devrait être ouvert au trafic à l’automne 2020, annonce la Ville d’Yverdon. Mais en ce qui concerne la suite de ce projet majeur, quelques questions demeurent à résoudre.

Projet de délocalisation retiré

La première étant ce que va faire le paysan Freymond. Pour rappel, l’agriculteur, dont la ferme est située en plein centre-ville et le domaine en plein sur le tracé – en cours de travaux – de la route de contournement, est au cœur d’une série de tractations qui avaient finalement abouti à la signature d’une convention en février 2016. Il acceptait de laisser passer les bulldozers en échange d’un montant bloqué de 1,2 million de francs (qu’il a finalement reçu) et des promesses que la Ville ferait le maximum pour trouver une place pour une nouvelle ferme du côté de Belmont, en sus de la légalisation de ses anciennes terres des Roseyres. Celles-ci devaient devenir un quartier dense de 900 habitants.

Cliquer ici pour agrandir

Le hic? À la lecture du rapport circonspect de la commission des affaires immobilières, l’Exécutif yverdonnois a retiré le projet de délocalisation. Un nouveau projet est à l’étude. En janvier 2020, enfin, la Ville a reporté, de guerre lasse, aux calendes grecques plusieurs projets de quartiers condamnés aux yeux de la LAT, dont celui de Roseyres. Résultat des courses, il se murmure sur la place Pestalozzi que ledit Freymond (qui ne confirme ni n’infirme rien) hésiterait à poursuivre la Ville en justice. Le syndic hausse les épaules. «Il s’agit de dossiers différents, soulignons-le. Mais de nouveau, nous avons fait le maximum. Ce propriétaire fait les frais de la législation, comme ceux de toute l’agglomération yverdonnoise, ni plus ni moins. Il reste maintenant à régulariser le statut de la route.» Entre les lignes, Yverdon a fait sa part de l’accord et n’a rien à se reprocher, tandis que l’opposition grommelle qu’il aurait mieux valu exproprier l’agriculteur par voies légales.

«Ce n’est pas simple»

Si, au nord, les négociations avancent avec la Commune de Montagny, au centre du tracé il s’agira désormais de penser le tronçon sans le quartier des Parties, lui aussi passé à l’as, alors que les deux dossiers étaient étroitement coordonnés. Quelque 2,6 millions venant de l’opération immobilière devaient même permettre d’alléger la facture du volet routier, devisé, lui, à 12,7 millions, selon les derniers chiffres. Ce tronçon de l’itinéraire est en cours d’examen auprès du Canton. «Et ce n’est pas simple, indique le municipal des Travaux, Marc-André Burkhard. Il faut étudier les variantes avec divers services de l’État, notamment celui de la mobilité, et avec l’Office fédéral des routes, puisque le tracé touche de près l’autoroute et ses piliers, qui nous arrangent peu: ils ont été décalés pour laisser passer le canal du Rhône au Rhin. On y arrivera, mais je ne vous cache pas que le trafic passera pendant quelque temps sur l’avenue Kiener.»

Un secteur complexe

L’occasion de mettre à l’épreuve les aménagements de mobilité douce, justement censés modérer le trafic. Quant au Canton, il rappelle que le secteur reste en surface d’assolement – les meilleures terres arables, hautement protégées. Les mêmes qui ont provoqué le report sine die des projets des Parties et des Roseyres. Pour pouvoir y faire passer sa route, Yverdon devra prouver qu’elle a un statut prioritaire d’importance cantonale.

Créé: 26.02.2020, 08h33

Articles en relation

Le Grand Yverdon constate l’échec de son urbanisme

Politique Pour suivre le plan directeur cantonal, les huit communes d’AggloY priorisent leurs projets. La cité thermale gèle trois plans de quartier. Plus...

Un pont pour franchir une étape clé

Yverdon-les-Bains L’avancée des travaux de la route de contournement passe par la pose de passerelles ferroviaires provisoires. Plus...

Le périph boute une vieille ferme hors d’Yverdon

Urbanisme La Ferme Freymond, l’un des derniers bastions agricole local, laissera la place à la route de contournement et à un plan de quartier. Plus...

Crédit-phare de 32 millions demandé pour la route de contournement

Yverdon-les-Bains Depuis les 45 millions demandés pour La Marive en 1990, jamais le Conseil communal n’avait dû se pencher sur un montant si important. Plus...

La route de contournement entre dans le vif du sujet

Yverdon-les-Bains Le tracé de la route est validé par la Municipalité et son premier tronçon, au sud, est mis à l’enquête ce mois. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.