Ils retrouvent un scorpion dans leurs valises

ChamblonDe retour de vacances en Italie, une famille du Nord vaudois a découvert avec surprise un scorpion se promenant chez eux. Sa piqûre est heureusement bénigne.

L'arachnide se serait invité dans les affaires de cette famille du Nord vaudois durant leurs vacances en Italie.

L'arachnide se serait invité dans les affaires de cette famille du Nord vaudois durant leurs vacances en Italie. Image: Laurent Bertschi

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un passager clandestin d’un genre assez spécial s’est invité mercredi matin chez une famille de Chamblon, dans le Nord vaudois: un scorpion noir. Gambadant sur les marches des escaliers, il agitait ses huit pattes vert-rouges, ses pinces et son gros dard de manières assez vindicatives.

«On est revenu il n’y a pas longtemps d’un séjour près du lac Majeur, en Italie, témoigne Sophie Bertschi. Il a dû se glisser dans nos affaires et se cacher dans une chaussure avant de ressortir chez nous pendant la nuit. C’est mon mari qui l’a trouvé au matin.» Rapidement, l’animal se retrouve dans un verre («on voulait tout de même le montrer aux enfants») puis en lieu sûr. Gros de quelque 4 cm, le scorpion en question n’a pas inquiété plus que ça la famille. «En Italie on en a vu beaucoup. Ils sont inoffensifs. Leur piqûre ne fait pas plus mal que celle d’une guêpe.»

«Il a dû se glisser dans nos affaires et se cacher dans une chaussure avant de ressortir chez nous pendant la nuit»

Une analyse que confirme Michel Ansermet, directeur du Vivarium de Lausanne. «C’est un scorpion indigène, une femelle, un Euscorpius Italicus», dit-il rapidement en regardant les photographies. «Cette histoire est en soi assez fréquente. Ce scorpion est fréquent aussi chez nous, au Tessin, dans les Grisons italophones, Sion, et même Bienne. Ils sont arrivés par le transport de gravier et s’y sont acclimatés. Au Tessin, les enfants grandissent avec. Les seuls risques sont les éventuelles allergies.

La procédure à adopter en cas de rencontre similaire? «Le mettre dans un bocal, avec un couvercle troué, et nous l’annoncer, détaille le spécialiste. Nous travaillons ensuite avec un expert des scorpions. S’il est indigène et que sa localisation d’origine est connue avec précision, il sera relâché sur place. Sinon il sera gardé en lieu sûr.»

Seulement voilà. Dans l’intervalle, le petit scorpion de Chamblon a déjà été relâché dans le jardin familial. Ce qu’ils n’auraient pas dû faire, souligne Michel Ansermet avec gravité. «Imaginez que ce soit un scorpion potentiellement mortel… On a eu le cas d’un scorpion mexicain retrouvé dans les valises d’un étudiant. Le scorpion peut aussi être un animal invasif. Le risque est aussi de mélanger les sous-espèces: un Euscorpius Italicus de Locarno n’a pas la même génétique que son voisin de Lugano. C’est plus que déconseillé!» (24 heures)

Créé: 09.08.2017, 14h17

Articles en relation

Le dragon de Komodo s'est fait la malle!

Lausanne La bestiole, particulièrement dangereuse, a faussé compagnie à ses gardiens mardi après-midi au Vivarium. Elle a été récupérée en lisière de forêt. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...