Un roman retrace la fin de L'Abbaye à la Réforme

Vallée de JouxLes derniers moines, le dernier abbé et le premier pasteur. En utilisant des personnages historiques et l'introduction de la Réforme en terres vaudoises, un roman fait revivre l'abbaye de la Vallée.

A L'Abbaye, la Tour est le seul témoignage visible de l'ancien monastère. Un roman lui est consacré, alors que les travaux de restauration s'achèvent.

A L'Abbaye, la Tour est le seul témoignage visible de l'ancien monastère. Un roman lui est consacré, alors que les travaux de restauration s'achèvent. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une ambiance de «Nom de la rose» au bord du lac de Joux, les thèses de Luther et le caractère combier en prime. Le rédacteur de la «Feuille d’Avis de la vallée de Joux» et théologien, Joël Reymond, vient de publier, chez Favre, «Le dernier abbé du lac». Un roman historique retraçant à partir de 1536 les derniers jours de l’abbaye de la commune éponyme.

Ce roman profite du fort intérêt qui a entouré la vénérable tour de L’Abbaye cette année. L’édifice, unique vestige du couvent des prémontrés, aujourd’hui transformé en temple réformé, sort en effet de plusieurs mois de lourds travaux, rendus possibles par la mobilisation d’une association de passionnés.

Associant faits historiques, personnages attestés (via les sources administratives de l’abbaye d’alors) ainsi qu’un décor médiéval tardif solide, avec des dialogues piquants, un ton narratif simple et une trame à cheval entre la fiction et l’évolution qu’a alors vécue le Pays de Vaud, l’auteur parvient à reconstituer l’ambiance particulière qui devait être celle des dernières années des ordres catholiques avant la Réforme.

L’abbaye est dépeinte à travers les yeux de Claude Pollens, ultime abbé du monastère pluriséculaire, et surtout à travers ceux de son jeune novice Romain. L’abbé va peu à peu se trouver en compagnie d’un pasteur et d’une enseignante décidée à apprendre à lire aux enfants de la place. Une nouvelle époque.

«Les gens d’ici connaissent vaguement l’existence de l’abbaye, décrit Joël Reymond, moins la vie quotidienne et sa fin brutale, quand les Bernois ont sécularisé les monastères. Le fond de l’œuvre, c’est la question du cas de conscience, du choix de sa foi. C’est encore d’actualité aujourd’hui.»


«Le dernier abbé du lac», Joël Reymond, Éd. Favre, 298 pages, 26 fr.

Créé: 21.11.2018, 18h57

Articles en relation

Le coq à nouveau perché au sommet de la tour

L'Abbaye L’édifice érigé en 1324 est en cours de rénovation. Mardi matin, il a retrouvé son oiseau symbolique, doré à la feuille. Plus...

La vénérable tour de L'Abbaye sera restaurée

Patrimoine La mobilisation des Combiers a payé. La tour de l'ancienne abbaye, plus vieux bâtiment de la Vallée, sera prochainement restaurée de fond en comble. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.