La saga de la villa-bunker de Gletterens vire à l’aigre

Broye fribourgeoisePlusieurs ONG s’opposent à un projet immobilier près de la Grande Cariçaie. La Commune va de l’avant malgré une décision contraire du Canton.

Le sort de la villa-bunker occupe Gletterens depuis des décennies.

Le sort de la villa-bunker occupe Gletterens depuis des décennies. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans la Broye fribourgeoise, la commune de Gletterens accueille une curieuse bâtisse sur son territoire. La Châtelaine, aussi connue sous le nom de villa-bunker, est au cœur d’une saga longue de plusieurs années déjà. Une histoire qui est en passe de virer au bras de fer entre la Commune, le Canton de Fribourg et diverses ONG.

Aussi luxueuse que sécurisée, d’où son nom, la demeure a été construite à la fin des années 70 par un riche Américain. Celui-ci s’en est vite désintéressé, la laissant passer de mains en mains jusqu’à son acquisition par une banque en 2012 au cours d’une vente aux enchères forcée. Aujourd’hui, alors qu’un projet immobilier est annoncé sur la parcelle, la Commune de Gletterens a entrepris de modifier le plan d’aménagement local (PAL) afin de permettre diverses constructions. Celles-ci viendraient s’ajouter au bâtiment existant et seraient affectées à des activités dans le domaine médical et paramédical. Las! Appelé à se prononcer, le Canton a tranché en septembre dernier, provoquant une douche froide pour les porteurs du projet. Il exige en effet que l’ensemble des terrains retournent en zone rurale, rendant impossible tout développement immobilier.

La Commune a décidé de ne pas s’en laisser conter, puisqu’elle a déposé il y a quelques semaines un recours en justice contre la décision du Canton. Depuis, plusieurs ONG sont entrées dans la bataille. Dans un communiqué diffusé mercredi, elles s’insurgent contre une récente mise à l’enquête complémentaire du PAL par la Commune. Problème selon elles: celui-ci maintient inchangé le zonage actuel de la parcelle. «La Commune passe outre la décision du Canton. Elle fait comme si de rien n’était!» déclare Roman Hapka, directeur suppléant de la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage. Associée à Pro Natura, le WWF et l’association BirdLife, la Fondation pour le paysage s’élève contre un projet immobilier qui serait directement voisin de la Grande Cariçaie, une zone inscrite à l’Inventaire fédéral des paysages, sites et monuments naturels (IFP). «Le littoral est préservé partout autour. Il n’y a pas de raison de construire une clinique à cet endroit-là», défend Roman Hapka.

«Nous avons pris en compte les éléments avancés par le Canton concernant certaines parcelles. Par contre, nous ne sommes pas d’accord concernant ce dézonage unilatéral», explique quant à lui le syndic de Gletterens, Nicolas Savoy. La mise à l’enquête du PAL ne devrait cependant pas permettre au projet immobilier de se sortir plus rapidement de l’impasse. «Dans tous les cas, nous attendrons la décision du tribunal, mais avec les recours éventuels, la saga risque d’être encore longue.»

Le Canton, lui, défend sa décision en se fondant strictement sur la loi. «Dans ce projet, il s’agissait d’agrandir une zone à bâtir isolée des autres zones à bâtir. Supprimer ce type de zones est un principe de base de la loi sur l’aménagement du territoire. Il n’était pas possible d’y déroger», explique ainsi Corinne Rebetez, chargée de la communication à la Direction de l’aménagement, de l’environnement et des constructions à l’État de Fribourg (DAEC).

Créé: 24.10.2018, 20h28

Articles en relation

Le Village lacustre de Gletterens a fini sa mue

Tourisme Le projet d’agrandissement du Village lacustre, avec notamment l’aménagement d’une Maison du bronze, a pris fin ces derniers jours. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.