Passer au contenu principal

Sainte-Croix: un pas pour le tourisme «malgré les éoliennes»

Le Conseil communal a validé la participation à l'engagement d'un chargé de projets pour l'Office du tourisme local.

Pour Michel Bühler, «le tourisme est un élément essentiel dans la vie de la région de Sainte-Croix».
Pour Michel Bühler, «le tourisme est un élément essentiel dans la vie de la région de Sainte-Croix».
FLORIAN CELLA - A

Les éoliennes peuvent-elles entraver le développement touristique? C’est en quelque sorte la question que se sont posés les conseillers communaux de Sainte-Croix, lundi soir, à l’heure d’autoriser leur Municipalité à participer financièrement à l’engagement d’un chargé de projets pour son Office du tourisme.

Sainte-Croix le sait, elle doit repenser ce secteur d’activités et imaginer une offre «quatre saisons». Notamment parce que dans ce domaine, la région du balcon du Jura vaudois ne peut pas, ou plus, vivre uniquement des retombées de l’activité hivernale, changements climatiques obligent.

Une «Stratégie 4 saisons»

Le développement d’une «Stratégie 4 saisons» nécessite l’engagement d’un chargé de projet à 80% pour une durée de quatre ans. Un poste que le Service cantonal de l’économie finance à hauteur de 70%, mais dont le solde doit être réparti entre les deux Communes de Sainte-Croix et de Bullet, respectivement pour 34'000 francs et 4600 francs par année.

Le bien-fondé du projet, porté par la Municipalité, a été mis en doute par quelques élus, désireux d’amener le débat sur la thématique controversée des éoliennes. Un terrain glissant sur lequel le socialiste Michel Bühler a finalement renoncé à s’aventurer, décidant à la dernière minute de ne pas déposer son rapport de minorité «parce que le tourisme est un élément essentiel dans la vie de notre région». Le PLR Paul-André Simon et les UDC Alain Bonnevaux et Jean-René Marguet ont cependant repris le flambeau déposé par le chanteur. «On ne peut pas vouloir promouvoir le tourisme avec cette épée de Damoclès (ndlr: les éoliennes) qui va fusiller tous nos efforts», a ainsi martelé ce dernier.

Municipal en charge du dossier, l’UDC Yvan Pahud a préféré sauter par-dessus l’obstacle: «Éoliennes ou pas, la Commune a besoin de l’aide cantonale pour développer son tourisme. Nous avons la chance que le Canton mette plus de 350'000 francs dans ce projet. Alors profitons-en, parce que sinon, l’État n’hésitera pas à aller les dépenser à la vallée de Joux ou à Saint-Cergue.» Un argument reçu 5 sur 5 par les élus qui ont, à une abstention près, valider la demande de crédit.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.