Du scalp au clou, le musée d'Yverdon revoit son catalogue

HistoireLe musée d'Yverdon et région a publié un catalogue de 250 de ses objets à l'occasion de ses 250 ans. Une publication rafraîchissante, la dernière de la directrice France Terrier.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les amateurs d’histoire peuvent se réjouir. Le Musée d’Yverdon et région a présenté mardi son nouveau catalogue, fruit d’années de travaux et du regard croisé de 45 spécialistes, historiens, archéologues mais aussi artistes. Une plongée sans précédent dans les collections de l’institution.

En tout 250 objets sont présentés de manière détaillée, facile à lire et souvent inédite ou renouvelée. Un chiffre qui fait écho à l’âge du musée, cinq fois quinquagénaire, qui a fêté son anniversaire avec une exposition, «250 objets pour un 250e», en 2014, un ouvrage, «Yverdon et son musée, 250 ans d’histoire», l’an dernier, et désormais son catalogue: «250 objets».

L’ouvrage de taille (347 pages) est destiné à faire date. «Il donne au lecteur une vision globale des collections et de l’histoire de toute la région, dont plusieurs aspects restent peu connus», note France Terrier, directrice de la publication et jusqu’à récemment également directrice du musée. Partie de ses fonctions dans des circonstances encore peu claires, l’archéologue a consacré ses derniers mois à la finalisation de la publication.

«C’est une immense satisfaction d’y être arrivés. Ce catalogue était un défi et un projet ambitieux», sourit-elle lors de la présentation de l’ouvrage, visiblement émue. Le catalogue marque-t-il la fin d’une époque pour le musée yverdonnois? L’un des auteurs, Daniel de Raemy, l’a évoqué en remerciant France Terrier pour ces années passées à renouveler les connaissances sur l’histoire de la région. L’intéressée se défend toutefois d’avoir voulu diriger un testament. «Il y a quelques touches personnelles, avoue-t-elle. Mais j’ai surtout voulu donner le plus possible d’éléments d’histoire pour le futur.»

Entre les pages, plusieurs surprises en effet. Un crâne de jeune homme, visiblement scalpé à l’âge du bronze, permet aux spécialistes de s’interroger sur l’absence de sépultures pour la civilisation de Cortaillod, dont on connaît les stations lacustres (des phases de celles de Clendy ou Concise par exemple), mais aucune tombe. D’un seul clou en fer, Caroline Brunetti redonne vie au murus gallicus de Sermuz. D’une pièce de couronnement d’un poêle en faïence blanche, les historiens retracent toutes les exportations des potiers yverdonnois Pavid puis Ingold, grands producteurs au XVIIIe siècle.

L’histoire récente fait aussi son entrée dans l’institution. Il y avait déjà Bolex et Paillard ainsi qu’Olivetti, photographié lors des derniers jours. S’y ajoutent désormais les pièces en métal de Blur, le nuage d’Expo.02, quelques affiches récentes et un panneau solaire enroulable de Flexcell.

Créé: 18.09.2019, 11h26

Articles en relation

Le monde muséal n’avale pas le départ de France Terrier

Culture La directrice-conservatrice du Musée d’Yverdon et région va quitter ses fonctions. Certains doutent que cela soit son choix. Plus...

Un départ qui interpelle au Musée d’Yverdon

Culture La directrice France Terrier change de cap. Démission ou licenciement? Plus...

Un site historique pour des trésors archéologiques

Yverdon-les-Bains Les collections dont le Musée d’Yverdon a la charge peuvent prendre place dans un dépôt créé tout spécialement sur l’ex-site Leclanché. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.