Passer au contenu principal

Une société vaudoise de soins à domicile en plein boom

La-Solution.ch s'associe à Impact Healthcare pour faire face aux besoins croissants.

Image d'illustration.
Image d'illustration.
Pascal Frautschi

En un an, les nouvelles demandes ont presque triplé. «Notre taille n’est plus suffisante pour faire face aux besoins», indique Stéphanie Cornu-Santos, fondatrice et directrice de La-Solution.ch. Cette société privée vaudoise de soins à domicile, créée il y a dix ans, vient de signer avec un investisseur. L’entreprise Impact Healthcare, une filiale en cours de création du groupe Après-demain SA, devient coactionnaire. Le montant de la transaction et le partage des actions sont secrets.

«Ce partenariat avec une entreprise qui partage notre volonté d’améliorer la qualité de vie des patients nous donne les moyens de renforcer et d’organiser notre croissance», se réjouit Stéphanie Cornu-Santos. Il s’agit «d’élargir la palette de prestations» et de faire face à plusieurs changements de fond. Les demandes des patients tombent désormais jour et nuit. Il faut réagir de plus en plus rapidement: la moitié des cas visent une prise en charge dans les vingt-quatre heures.

«Avec l’essor de l’ambulatoire, les hospitalisations sont plus courtes. Il y a quelque chose à mettre en place dans les soins postopératoires»

«Impact Healthcare va nous permettre de renforcer ces prises en charge (ndlr: remboursées par l’assurance maladie de base) et de répondre non-stop aux demandes.» Autre besoin: former le personnel soignant des soins à domicile. «Avec l’essor de l’ambulatoire, les hospitalisations sont plus courtes. Il y a quelque chose à mettre en place dans les soins postopératoires, un domaine technique et nouveau pour nous.» Les cas sont de plus en plus complexes. «Certains impliquent 40 intervenants différents (généraliste, spécialiste, ergo, physio...), note la directrice. Les coordonner est un défi.»

Forte de 300 employés, La-Solution.ch comptabilisait 1600 patients vaudois en 2019, contre 1200 en 2018. Un nouveau patient sur trois vient des CMS publics. Stéphanie Cornu-Santos insiste: «Je considère le service public comme un partenaire, pas un concurrent.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.