Les Staviacois livrent bataille pour leur château

Estavayer-le-LacSur plus de 220 oppositions au Plan d’aménagement local, 160 concernent la zone constructible Pré du Château.

L’Association «Le Château de Chenaux, de hier à demain» souhaite rendre inconstructible tout l’espace aux alentours du château d’Estavayer-le-Lac.

L’Association «Le Château de Chenaux, de hier à demain» souhaite rendre inconstructible tout l’espace aux alentours du château d’Estavayer-le-Lac. Image: JEAN-PAUL GUINNARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Un dossier étudié avec attention et souvent dans sa globalité, avec des oppositions constructives, soulignant des problématiques pertinentes, alors qu’une minorité vise la défense d’intérêts privés.» Telle est la conclusion tirée ce lundi par le Conseil communal (ndlr: Municipalité) d’Estavayer à l’issue de la mise à l’enquête du Plan d’aménagement local (PAL) d’Estavayer-le-Lac. Le document définissant les règles de développement urbanistique du bourg principal du chef-lieu de la Broye fribourgeoise (lire encadré) a suscité un peu plus de 220 oppositions, dont 160 concernent la problématique de la zone constructible Pré du Château.

«C’est une belle surprise, car cela dépasse largement le cadre de notre association, qui comprend environ 120 membres, confirmant ainsi l’attachement des citoyens au château et à ses alentours», se réjouit Stéphane Girod, président de l’association Le Château de Chenaux, de hier à demain. Son but est de préserver et de promouvoir l’édifice médiéval staviacois. L’association se félicite surtout que ses arguments soient suivis par Pro Fribourg, Patrimoine Suisse et la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage (FP), soit autant d’associations habilitées à recourir devant les tribunaux.

Un accord contesté

Dans les grandes lignes, son comité rejette l’accord trouvé entre la Commune et deux privés, propriétaires de trois parcelles voisines du bâtiment. Sur un total de 10570 m2, celles-ci sont actuellement constructibles sur près de 5000 m2. Avec le PAL mis à l’enquête, 2703 m2 resteraient privés et constructibles sous de strictes conditions, la Commune récupérant 7867 m2, moyennant un coût d’environ 250'000 francs. Soit bien en dessous du prix moyen du terrain dans le secteur.

«Cet accord nous permet de préserver une belle zone inconstructible et de garantir un accès de mobilité douce pour relier les bords du lac au château», explique Éric Chassot, vice-syndic chargé du dossier. Estavayer pourrait ainsi aller de l’avant dans son projet de mieux valoriser le château, propriété du Canton, notamment avec son projet touristique nommé Le Grand Jeu.

Rappelant qu’Estavayer-le-Lac est classé à l’inventaire des sites construits d’importance nationale à protéger en Suisse (ISOS), la FP ne voit pas les choses du même œil. Elle a récemment communiqué son opposition, rappelant que le Pré du Château y est recensé comme «périmètre environnant I» avec l’objectif de sauvegarde A, soit libre de constructions. «Dans le cadre d’une révision d’un PAL, les autorités communales sont tenues de prendre en compte les objectifs de sauvegarde et les recommandations de l’ISOS. Dans le cas précis, l’intérêt public au maintien de ce secteur libre de constructions l’emporte de toute évidence sur le simple intérêt privé des propriétaires à ce qu’il reste en zone à bâtir», argumente l’association.

Pour un site public

«La FP ne fait pas cela pour nos beaux yeux, mais ce combat dépasse les intérêts particuliers», reprend Stéphane Girod, voisin direct du château, dont l’association de préservation du site est parfois taxée de riverains souhaitant s’éviter de nouvelles constructions dans les environs. «Il s’agit d’une mobilisation de riverains à la base mais, sur 120 membres, seuls une quinzaine vivent dans les environs», enchaîne le président.

Son association poursuit deux buts, à savoir que l’entier du site puisse redevenir public et protégé, comme c’était le cas jusque dans les années 1970. Pour cela, la Commune pourrait profiter du fonds cantonal pour dédommager les propriétaires, comme le propose la FP. Elle veut aussi œuvrer à la promotion du site. «Y loger l’Office du tourisme serait pertinent, mais on imagine aussi un musée ou des expositions, le potentiel du site étant remarquable», conclut-il.

Éric Chassot serait heureux d’une telle issue, mais la possibilité de profiter de ce fonds ne lui semble pas garantie. «Et pour Estavayer il serait compliqué de racheter tous les terrains à leur valeur vénale», ajoute-t-il. D’ici à juin, la Commune espère en avoir terminé avec les séances de conciliation concernant tout le PAL. La procédure prévoit ensuite la possibilité d’une enquête complémentaire en cas d’entrée en matière sur certaines demandes. Sinon le dossier sera renvoyé aux services cantonaux à Fribourg, qui pourront lever les oppositions et ouvrir la voie aux recours en justice.

Créé: 27.01.2020, 22h24

Aménagement

Vers 4000 habitants de plus

Outre le secteur du Château, le plan d’aménagement local (PAL) doit dessiner les grandes lignes de développement d’Estavayer-le-Lac pour les 20 prochaines années. Alors que la ville compte 6000 habitants, le nouveau document prévoit l’arrivée potentielle de 4100 âmes supplémentaires à l’horizon 2035.

Ces nouveaux habitants sont principalement prévus aux abords de la gare. La zone de 70'000 m2 dite du plateau de la Gare pourrait en abriter 1800. Elle passera d’un classement en zone industrielle à zone centre. Au nord des voies de chemin de fer, le secteur Gare-Casino (21'000 m2), développé par la Commune et les Transports publics fribourgeois sera aussi colloqué en zone centre et pourra abriter une quinzaine d’immeubles, des commerces et des services. Estavayer souhaite aussi doper l’habitat dans le secteur Amarante, qui abrite de nombreux parkings. En zone centre, ceux-ci pourraient devenir souterrains. Par contre, l’extension du quartier des Roches, du côté de Grandcour, sera stoppée. Quelque 30'000 m2 de zones villas deviendront des terres agricoles.

Par rapport au PAL actuel de 1998, le projet prévoit aussi le développement de zones d’intérêt général, soit dévolues aux équipements d’utilité publique. C’est notamment le cas dans le secteur de l’EMS Les Mouettes ou pour les terrains de Fontany, propriétés d’Estavayer Lait SA, filiale de Migros. La Commune d’Estavayer souhaite aussi créer un ruban vert pour délimiter le tissu urbain de la zone agricole et rappelle ses ambitions pour les rives du lac. Celles-ci seront conçues comme un grand parc public, avec possibilité d’aménagement de plages de poche en plus des deux grandes plages actuelles.

Ces deux derniers points ont aussi reçu leur lot d’oppositions. «Les riverains de ce projet de cordon boisé aménageable en lieu de promenade craignent que la possibilité d’installer des grils publics ne crée davantage de nuisances que celles de l’agriculture, ce qui, comme agriculteur de métier, me réjouit», note le vice-syndic Éric Chassot. Quant aux propriétaires de chalets privés au bord du lac, ils redoutent une restriction de leurs libertés, alors que le vœu de la Commune est justement de mieux délimiter ce qui est privé de ce qui est public.

Articles en relation

Un Grand Jeu pour doper le tourisme d’Estavayer

Broye fribourgeoise Avec le projet actuellement à l’étude, le centre-ville pourrait être transformé en musée à ciel ouvert. Il pourrait capter jusqu’à 43'000 visiteurs par an. Plus...

Estavayer se rapproche de son lac

Broye Les autorités de la Cité à la Rose veulent dynamiser l’immense zone qui longe les rives. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.