La Step d'Yverdon veut produire un engrais propre pour l'agriculture

Nord vaudoisL’épandage des boues d’épuration étant interdit depuis 2006, la step d’Yverdon mène un projet pilote pour en extraire l’azote, cet excellent fertilisant.

La station d'épuration d'Yverdon est l'une des plus anciennes de Suisse.

La station d'épuration d'Yverdon est l'une des plus anciennes de Suisse. Image: Olivier Allenspach

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En pionnière romande, la station d'épuration a lancé un projet consistant à extraire de ses boues une solution liquide, qui pourrait servir d’engrais aux agriculteurs de la région.

Jusqu’en 2006, les boues d’épuration étaient épandues sur les champs avant qu’une interdiction légale ne vienne bannir cette pratique. «Les boues sont un bon engrais car elles sont riches en azote (ndlr: dont la source principale est l’urine), mais elles contiennent aussi des métaux lourds qui pouvaient polluer les sols et les cours d’eau», rappelle Marcel Pürro, responsable de la step yverdonnoise. Depuis le changement de loi, les matières organiques sont désormais séchées puis incinérées.

L’azote, lui, s’évapore dans l’air ou se retrouve dans l’eau traitée qui, à Yverdon, finit dans le lac. «C’est un gaspillage, alors qu’il y a tout de même moyen de valoriser cet élément», reprend Marcel Pürro. Cela se fait en Allemagne ainsi qu’à Opfikon (ZH) à titre d’expérience pilote. Des eaux dites «putrides» qui sont récupérées lors de la centrifugation des boues est extraite une solution riche en azote ammoniacal, mais aussi en soufre, qui fait un excellent engrais. Elle n’a plus qu’à être stockée dans une citerne, mise à disposition d’un paysan.

Au mois de juin, des essais ont été menés avec un agriculteur de la région, partenaire de longue date de la step. L’engrais, destiné aux grandes cultures et aux herbages, a été amené d’Allemagne et a nourri des champs de maïs dans divers villages nord-vaudois. Il faut pour cela une machine spéciale, qui injecte le produit directement dans le sol, au plus près des racines.

Selon les calculs de la step, l’installation à mettre en place – qui tient dans un simple container – permettra dans un premier temps de fournir 400 tonnes de fertilisant par année. L’investissement total est estimé à 1,2 million de francs et pourrait faire l’objet d’une demande de crédit au Conseil communal l’an prochain déjà.

Créé: 17.10.2014, 15h12

Articles en relation

La STEP d'Yverdon est à la pointe de la production d'énergie

Environnement Record cantonal à battre! En 2013, la station d’épuration a franchi la barre du million de kWh électrique produit en valorisant le méthane. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.