Passer au contenu principal

Swiss Aeropole SA déploie ses ailes sur le tarmac civil de l’aérodrome

Le premier coup de pioche du bâtiment qui abritera la société d’exploitation et de promotion du site a été donné lundi. Le poste de directeur est au concours.

Damien Piller, Christelle Luisier et Urs Ryf ont donné le premier coup de pioche du bâtiment qui abritera la partie administrative de Payerne Airport.
Damien Piller, Christelle Luisier et Urs Ryf ont donné le premier coup de pioche du bâtiment qui abritera la partie administrative de Payerne Airport.
SEBASTIEN GALLIKER

La société Swiss Aéropôle SA s’apprête à vivre un important développement ces prochains mois. Alors qu’aujourd’hui, elle n’est représentée que par un container posé à même le tarmac civil de l’aérodrome de Payerne et un seul employé à mi-temps, soit Guillaume Chassot, chef d’exploitation civile depuis 2015. Lundi matin, la syndique Christelle Luisier, Urs Ryf, président du conseil d’administration, et Damien Piller, président de Speedwings, ont donné le premier coup de pioche à la construction d’un édifice d’un volume de 100'000 m 3 . Outre des hangars et des ateliers de maintenance pour Speedwings SA, un bâtiment d’aéroport sur trois niveaux deviendra le siège de la société.

«Après des années de lutte pour valider les différentes étapes jusqu’à la légalisation de ce projet, il prend enfin forme aujourd’hui», a noté la syndique. Dans la partie administrative de Payerne Airport, on trouvera les salles d’attente, la douane, des bureaux, la direction aéroportuaire ou encore l’infrastructure pour les équipages, le tout sur 450 m2 de plancher. Environ 1000 m2, répartis sur deux étages, sont destinés à l’accueil d’entreprises.

Directeur recherché

Les effectifs de Swiss Aeropole SA vont aussi prendre l’ascenseur ces prochaines semaines. Ainsi, Urs Ryf, ancien mandataire aéronautique de la commune de Payerne dans le dossier, en est désormais le président à 20%. Et le recrutement d’un directeur à plein-temps est lancé. Le futur responsable du poste devra notamment «promouvoir le parc technologique aux niveaux national et international», détaille l’annonce parue dernièrement. Le délai court jusqu’à mardi.

«Avec Guillaume, nous sommes déjà deux employés ayant un profil plutôt tourné du côté aéronautique, c’est pourquoi nous recherchons quelqu’un bénéficiant d’un réseau international», explique le président. Si possible, la perle rare devrait entrer en fonction d’ici à fin 2017. A terme, son rôle sera également de faire vivre le parc technologique, notamment en y organisant des congrès ou des manifestations. Plus de 25 dossiers sont déjà sur la table du président, dont une douzaine qui colle au profil souhaité.

Pour rappel, les missions de la société sont d’assurer l’exploitation des opérations aéronautiques civiles et d’encaisser les taxes qui y ont trait, de gérer les infrastructures aéroportuaires et du technoparc, de promouvoir la zone ou encore d’encaisser les locations pour les 1000 m2 à louer. Le 29 juin dernier, suite à l’accord du Conseil communal de Payerne, la Municipalité et la Communauté régionale de la Broye (Coreb) ont signé les documents donnant naissance à Swiss Aeropole SA.

Outre les 4 millions que Payerne investit dans le dossier pour la construction du bâtiment, le Canton de Vaud met 1 million de francs à fonds perdu par le biais de sa promotion économique. D’autre part, Canton et Confédération apporteront un soutien financier au fonctionnement de Swiss Aeropole SA d’un montant maximal de 250 000 francs par an jusqu’en 2021. Avant cette construction, Payerne a déjà investi 22,1 millions de francs dans la zone Aéropôle, soit 13,5 pour les équipements et 8,6 pour l’aménagement aéronautique (taxiway, tarmac civil, réseau informatique).

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.