Le syndic d’Yverdon n’est pas prophète en sa région

Elections au Grand ConseilCinquième de la liste PS, Daniel von Siebenthal n’a pas été une locomotive électorale. L’aura du chef-lieu reste pâle hors du district.

Le syndic d’Yverdon, Daniel von Siebenthal, a raté son entrée au Palais de Rumine. «Je ne suis pas déçu, car je ne me présentais pas par ambition personnelle.»

OLIVIER ALLENSPACH

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dans le microcosme politique d’Yverdon, le score de Daniel von Siebenthal était de toutes les conversations dimanche, au soir des élections au Grand Conseil. Le résultat du socialiste n’est pas à la hauteur de ce qu’on pourrait attendre d’un syndic de chef-lieu. Il rate son élection, certes de peu, mais pointe en cinquième position sur la liste PS avec 4833 voix. Soit tout de même près de 600 de moins que le No 1, Denis-Olivier Maillefer.

Il souffre surtout de la comparaison avec son prédécesseur, le populaire Rémy Jaquier. En 2007, le syndic radical d’alors était brillamment élu au Grand Conseil par les citoyens du district, avec une très confortable avance sur tous ses colistiers, exception faite du conseiller d’Etat Pascal Broulis, qui caracolait bien sûr en tête. Dimanche soir, dans les pas perdus de l’Hôtel de Ville, «von Sieb» riait un peu jaune et ne s’avouait «qu’à moitié surpris». Sur un ton sérieux: «C’est vrai, je n’ai pas ce côté terrien qu’a Rémy Jaquier. Et toujours à l’écoute des gens, jusque dans son attitude corporelle. Mais je ne suis pas déçu, car je ne me suis pas présenté par ambition personnelle. Et je ne considère pas mon résultat comme un vote de défiance à mon endroit à Yverdon.» L’édile n’a pas fait un score infamant dans sa ville, où il sort deuxième derrière l’inoxydable Olivier Kernen, député et ancien syndic.

«Réticence de la région»

Ce dernier qualifie d’ailleurs d’«honorable» le résultat de Daniel von Siebenthal dans le district. «Il faut voir le contexte. Toute la périphérie du chef-lieu vote à droite; les sections locales, notamment au balcon du Jura, biffent les Yverdonnois pour privilégier leurs candidats, réflexe que l’on n’a pas à Yverdon, analyse-t-il. Et puis, il y a une réticence de la région contre la ville. Ville dont le syndic est le porte-drapeau.» L’échec de Daniel von Siebenthal, qui n’avait déjà pas réussi à être élu au comité de l’Union des communes vaudoises, est une péripétie de plus illustrant les relations difficiles entre Yverdon et ses petites voisines. Gestion du réseau d’eau, réforme des pompiers, projet d’agglomération: toutes ces mécaniques régionales se sont grippées ces dernières années, certaines menaçant parfois de voler en éclats.

«La culture intercommunale d’Yverdon doit être repensée, juge le préfet Albert Banderet. Donner l’impression de vouloir tout diriger est interprété par les villages comme de la défiance.»

Daniel von Siebenthal dit avoir déjà pris la mesure du problème. Il a lancé l’idée, l’automne dernier, de créer une commission «de cohésion régionale» au sein de l’assemblée des syndics du district. Histoire de mettre à plat les divergences. «De nos premières réunions, il ressort que la région a des attentes vis-à-vis d’Yverdon qui ne sont pas satisfaites. La ville ferait preuve d’une certaine suffisance, explique-t-il. Nous sommes toujours à disposition, mais on s’autocensure et on ne propose pas notre aide de peur que cela ne passe pour de l’ingérence.»

Plus récemment, le syndic est monté au front pour défendre la police régionale, qui branlait au manche. «Dans ce dossier, on n’a rien à gagner: on ne fait qu’assumer notre responsabilité de ville centre», souligne le président du Parti socialiste yverdonnois, Stéphane Balet. Le projet a été sauvé la semaine passée; ses partisans saluent un «signal positif» pour la région. Enfin. Encore insuffisant pour redorer l’écusson de la ville et de son héraut «von Sieb». «Je n’aurais pas assez d’un mandat pour y arriver», glisse celui-ci. (24 heures)

Créé: 14.03.2012, 13h04

Dossiers

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...