La Thièle retrouvera une dynamique naturelle

Yverdon-les-BainsLa sécurisation du cours d’eau s’accompagne d’une importante action de renaturation. Une opération à 18,5 millions.

Des travaux préparatoires conséquents ont déjà été menés en vue de l’élargissement du lit de la Thièle qui a officiellement été lancé hier.

Des travaux préparatoires conséquents ont déjà été menés en vue de l’élargissement du lit de la Thièle qui a officiellement été lancé hier. Image: JEAN-PAUL GUINNARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La nature elle-même a-t-elle appelé ce vaste chantier de ses vœux? Il s’en est fallu de peu, suite aux précipitations torrentielles de janvier, que la Thièle ne déborde aux portes d’Yverdon. Le pire a été évité grâce à une intervention en amont. Durant cinq heures, les turbines situées à la sortie du lac de Joux ont été stoppées et l’eau stockée momentanément dans un bassin. La Ville et le Canton auraient voulu faire valider le vaste chantier mis en œuvre la semaine dernière, ils ne s’y seraient pas pris autrement.

Les importants travaux de sécurisation du cours d’eau prévus à l’entrée de la ville s’imposent comme une évidence. D’autant que les mesures d’urgence prises il y a trois mois ne pouvaient pas empêcher l’eau de s’infiltrer à travers les berges de la Thièle. De moins en moins étanches, elles transforment les champs cultivés aux environs de l’aérodrome en vastes étangs.

«On ne peut pas continuellement surélever les digues, la seule solution possible, c’est d’élargir le lit du cours d’eau», souligne Philippe Hohl, chef de la division Ressources en eau et économie hydraulique à la Direction générale de l’environnement. Et évidemment de consolider ses digues de plus en plus perméables afin d’assurer une protection durable contre les crues de la plaine de l’Orbe, zones agricoles et agglomération yverdonnoise comprises.

75% pour la Confédération

Constitués en entreprises de correction fluviale, la Ville et le Canton se mettent donc au chevet du cours d’eau canalisé voilà près d’un siècle, avec un projet de référence à l’échelle nationale. Son coût – 18,5 millions – est ainsi pris en charge à 75% par la Confédération. Le Canton en assure 20%, la Commune le solde.

«Ces interventions permettront de réduire considérablement la pression exercée par la rivière sur ses berges»

Sur 1,8 kilomètre, soit de la limite communale au Pont Rouge, le lit sera donc élargi de 15 mètres en rive gauche, doublant de fait son emprise au sol. Sur la rive droite, la digue sera consolidée. En outre, des aménagements ponctuels seront conduits sur 1,2 kilomètre depuis le Pont Rouge jusqu’au pont de Curtil-Maillet et sur 900 mètres le long du canal du Déversoir. Il s’agira notamment d’y rehausser les berges. «Ces interventions permettront de réduire considérablement la pression exercée par la rivière sur ses berges», souligne la conseillère d’État Jacqueline de Quattro.

À ces objectifs de protection s’ajoute un important volet de renaturation. «Nous avons saisi cette opportunité de placer la valeur naturelle du cours d’eau au centre du projet, en redonnant à la Thièle une véritable qualité biologique», souligne le syndic d’Yverdon, Jean-Daniel Carrard. L’agrandissement de son lit lui donnera la possibilité de «méandrer» librement et de retrouver sa dynamique naturelle. «Au terme des travaux, elle ne ressemblera plus à ce canal que nous ont légué nos ancêtres», précise Jacqueline de Quattro. Les aménagements prévus dans le lit et sur les berges favoriseront la biodiversité. Ce nouveau milieu devrait convenir à de nombreuses espèces protégées de mammifères, de poissons et d’oiseaux; tels le muscardin, l’ombre de rivière ou le tarier pâtre, par exemple. Et sur les berges, les 280 arbres abattus il y a une année seront remplacés par des essences indigènes.

«Le plus tôt possible»

Le chantier, qui vient donc de débuter, pourrait se terminer en juillet 2020. Soit deux ans plus vite que prévu. «Les catastrophes naturelles ne préviennent jamais avant d’arriver. Autant être prêt le plus tôt possible», conclut la conseillère d’État. (24 heures)

Créé: 29.04.2018, 17h56

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.