Toujours plus attirant, le club libertin s’agrandit

Corcelles-près-PayerneD’ici à quelques semaines, Au Jardin Secret, seul club libertin en Suisse romande, pourra accueillir 80 personnes.

Nicole et Bernard Coucet souhaitent notamment rendre leur bar plus convivial.

Nicole et Bernard Coucet souhaitent notamment rendre leur bar plus convivial. Image: JEAN-PAUL GUINNARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Le libertinage, c’est un milieu discret; moins on en parle, mieux cela se passe. D’ailleurs, après chaque article, la fréquentation baisse un peu, car les clients souhaitent laisser passer le flot des curieux. Mais cela permet aussi d’attirer de nouveaux visiteurs.» Patrons du club libertin Au Jardin Secret, à Corcelles-près-Payerne, Nicole et Bernard Coucet ne souhaitent pas vraiment s’étendre sur le dossier qu’ils viennent de déposer à l’enquête publique. Pourtant, il s’agit bien de leur établissement, pour lequel une mise à l’enquête fait état d’un agrandissement du bar au rez-de-chaussée et d’une augmentation de la capacité d’accueil à 80 personnes.

Derrière les murs de cette villa standard, sise en bordure de la localité, l’unique établissement du genre en Suisse romande a ouvert ses portes en juillet 2014. Il est réservé aux couples hétérosexuels. Dimensionné à la base pour accueillir 20 à 25 couples, il pourra désormais monter jusqu’à 40, notamment grâce à l’aménagement de plusieurs nouvelles places de parc. Situé à côté du vestiaire et des douches au rez, le bar sera aussi plus grand. «C’est là que les clients discutent avant de monter à l’étage, où sont aménagés divers coins câlins, explique Nicole Coucet. Le problème est que, si l’affluence est nombreuse, le bar est vite plein en début de soirée.»

Les 25 m2 supplémentaires permettront de rendre l’espace plus convivial et s’ajouteront ainsi aux quelque 400 m2 de surface disponible pour les visiteurs. «Dès la construction, j’avais prévu une ouverture à cet endroit, poursuit Bernard. Nous étions persuadés de la demande pour ce type de lieu libertin, mais le bâtiment a été conçu de façon à pouvoir être transformé en appartements si cela ne fonctionnait pas.» Visiblement, la véranda imaginée au rez ne se fera donc jamais.

«C’est un milieu très calme. Nous n’avons jamais eu vent du moindre problème de nuisances depuis l’ouverture, qu’elles soient liées au bruit ou au voisinage»

En effet, en moyenne, 50 à 60 couples franchissent les portes du Jardin Secret chaque semaine, l’établissement étant ouvert de jeudi à samedi. L’entrée coûte 60 francs par couple et une tenue de rigueur est exigée, à savoir robe ou jupe pour les femmes, ainsi que pantalon et chemise pour les hommes. Les âges varient de 20 à 70 ans et, à l’étage, échangisme, mélangisme ou triolisme sont autorisés pour autant que les rapports se déroulent de façon respectueuse.

Ils le sont, car les clients souhaitent une certaine discrétion. «C’est un milieu très calme. Nous n’avons jamais eu vent du moindre problème de nuisances depuis l’ouverture, qu’elles soient liées au bruit ou au voisinage», confirme le syndic Alexandre Gorgerat, qui se réjouit que son collègue municipal, élu en 2016, mette désormais son établissement aux normes en matière de parking.

Quitter leur emploi

Chaque week-end, des véhicules de tous les cantons romands rejoignent ainsi la bourgade broyarde. On y croise aussi des Français ou des Alémaniques, même si les Coucet n’ont jamais vraiment fait de publicité au-delà de la Sarine. «Cet été, on a fait le tour du monde avec une clientèle de libertins qui séjournaient en vacances en Suisse. On a eu des clients de Suède, du Canada, du Costa Rica, de Russie ou d’Italie, qui nous trouvent rapidement sur Internet», glissent les patrons. Ils ont aussi attiré une petite dizaine de nouveaux pratiquants chaque week-end, tandis qu’une quinzaine de couples s’y rendent régulièrement chaque mois. Parmi les nouveaux, 80% reviendront.

L’activité est donc porteuse, même si le centre aurait pu ne jamais voir le jour. En 2010, la mise à l’enquête avait débouché sur une pétition de plus de 300 signatures et des oppositions, mais les Coucet ont gagné sur toute la ligne. «La peur de l’inconnu», concluent les propriétaires, qui, tous deux, ont pu quitter leur emploi auprès de La Poste depuis l’ouverture de leur club. (24 heures)

Créé: 10.09.2018, 07h01

Articles en relation

Le patron de club libertin sera aussi municipal

Corcelles-près-Payerne Bernard Coucet a décroché le septième fauteuil qu'il restait à attribuer à la Municipalité de son village Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...