Une tour de 52 mètres et 17 étages domine désormais la ville d’Yverdon

UrbanismeLe gros-oeuvre du plus haut bâtiment du chef-lieu nord-vaudois est quasi achevé. Il abritera 29 logements.

La tour qui se dresse au bout de l’avenue Haldimand est le plus haut bâtiment d’Yverdon. Image: JEAN-PAUL GUINNARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Cette tour, sa construction, c’est un truc de fou. Il n’y en a pas tant que ça en Suisse romande. Et en plus, les travaux se passent extrêmement bien!» Casque sur la tête, le regard porté sur le faîte du bâtiment qui fait de l’œil au brouillard yverdonnois de ce vendredi matin de novembre, Claude-Alain Thomann ne boude pas son plaisir d’être à l’origine d’un chantier d’exception. Invictus, la tour qu’il érige au bout de l’avenue Haldimand, est sortie de terre comme un champignon, à l’endroit même où se dressait depuis 1970 le silo à grain de Landi. Dans une petite année, elle sera le plus haut immeuble de la ville, supérieure de quelques mètres aux 14 étages (plus rez) de la tour des Chaînettes et aux 12 niveaux de la tour Bel-Air. Mais pour monter si haut, il a fallu s’ancrer profondément dans le terrain peu stable d’une région à la nappe phréatique à fleur de sol. «Les quatre bâtiments de ce plan de quartier (lire ci-contre) reposent sur des pieux que nous avons enfoncés à plus de 30 mètres de profondeur», explique le promoteur. Et face à l’enthousiasmant défi qui s’est offert à lui, il n’a pas hésité à s’entourer de douze ingénieurs.

Projet facilement accepté

D’ici la fin novembre, le gros œuvre sera achevé. «Et dans un mois, nous serons hors d’eau et hors air (ndlr: à l’abri complet des intempéries)», sourit Claude-Alain Thomann. C’est que le chantier, commencé il y a tout juste un an, après la démolition au printemps 2016 du silo, a été vite, malgré son ampleur. «C’est vraiment génial quand on pense à toutes les embûches que rencontrent les projets de tour dans la région lausannoise. Ici, la mise à l’enquête n’a suscité aucune opposition… Les voisins ont un comportement exemplaire», se réjouit-il en descendant du lift qui conduit sur le toit de l’édifice. Sans doute parce que les Yverdonnois se sont habitués à découvrir de la verticalité à cet endroit, Invictus s’élevant au même endroit et avec la même emprise au sol (14 m par 18 m) que l’ancienne tour de stockage de Landi. D’en haut, la vue sur Yverdon et ses environs est spectaculaire! À 52 mètres du sol – la tour culmine à 1,5 m de plus que l’ancien silo –, la ville semble différente. «La première fois que je suis monté ici, j’ai été surpris par la position et l’orientation de certains bâtiments», confirme le patron de Thomann Promotion Immobilière. Et des immeubles inconnus, car cachés vu du sol, apparaissent soudainement dans le paysage. Un site idéal pour installer un restaurant? «On y a pensé, et la Commune en avait parlé. On a même été approché par un chef, mais le prix de vente aurait été exorbitant…»

Un sommet convoité

Ce sont donc essentiellement des habitants qui profiteront du panorama offert par cette tour entièrement vitrée. Car si les six premiers niveaux abriteront des bureaux, les onze suivants seront constitués d’appartements allant de 2,5 à 4,5 pièces. «La Ville nous a demandé de réaliser de grands logements dans les trois derniers niveaux. Et alors que le prix au mètre carré y est sensiblement supérieur à la moyenne du marché, nous recevons passablement de demandes», reprend le promoteur. Les premiers résidents devraient pouvoir prendre possession de leur logement au 31 août 2018. (24 heures)

Créé: 18.11.2017, 09h49

Un plan de quartier pour 250 personnes

De par sa hauteur et son impact sur le paysage, la tour Invictus a tendance à faire oublier qu’elle n’est pas le seul bâtiment en phase de réalisation au bout de l’avenue Haldimand. Elle s’inscrit en effet dans le plan de quartier A la Scierie, qui comprend trois autres immeubles sur une parcelle de 6215 m2. Ce projet immobilier achève la mue que ce secteur de la ville a entamée en 2008. Au total, ce sont quelque trois hectares de terrain qui auront été libérés pour permettre la réalisation d’environ 450 appartements.
Le plan de quartier A la Scierie comprendra au total une huitantaine de logements. Vingt-neuf prendront place dans la tour, alors que les deux bâtiments de cinq et six niveaux vendus au Groupe Mutuel en comptent respectivement 23 et 29. Les locataires pourront prendre possession des lieux entre fin avril et fin mai. Enfin, ce projet – dont le coût des travaux est devisé à 31 millions de francs – compte également un petit immeuble circulaire de trois niveaux. Destiné à des activités commerciales, il pourrait notamment abriter un établissement public.

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.