Trois jeunes cambrioleurs lyonnais pris en flagrant délit

CambriolageDimanche, les gendarmes ont pu arrêter trois jeunes lyonnais fortement soupçonnés d’être entrés par effraction dans la manufacture horlogère Audemars Piguet du Brassus.

L'un des bâtiments de la manufacture horlogère, en août 2009.

L'un des bâtiments de la manufacture horlogère, en août 2009. Image: OLIVIER ALLENSPACH

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Trois jeunes hommes domiciliés dans la région lyonnaise et âgés de 16 à 20 ans ont été arrêtés par des gendarmes dimanche matin à la vallée de Joux. Vers 6h30 un agent de sécurité de la manufacture Audemars Piguet au Brassus avait donné l’alarme, ayant constaté la présence d’un individu prenant la fuite à travers champs aux abords de l’entreprise, explique mardi la police dans un communiqué.

Deux patrouilles de la gendarmerie sont intervenues. L’une s’est rendue à la gare du village où elle a pu interpeller le jeune homme signalé alors que la seconde a interpellé ses deux complices à bord d’un véhicule resté à proximité de la manufacture.

«Les premiers éléments de l’enquête ont permis d’établir que deux individus étaient entrés par effraction un peu plus tôt dans les bureaux de la réception de l’entreprise. Une troisième personne faisait le guet devant l’entrée», explique le communiqué de police.

L'entreprise Audemars Piguet se refuse à tout commentaire concernant cette tentative de vol qui a eu lieu dans un bâtiment administratif.

Les trois jeunes gens ont été placés en détention provisoire et mis à disposition du Tribunal des mineurs et du procureur de service.

Créé: 07.02.2012, 17h05

Dossiers

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.