L’usure du pouvoir frappe même à Pomy

PolitiqueAffecté, le syndic Yves Pellaux jette l’éponge. Avec sa démission, le PBD perdra son seul représentant dans un Exécutif vaudois.

Yves Pellaux quittera ses fonctions le 31 décembre, après 25 ans de Municipalité, au total, et 8 ans et demi à la syndicature de Pomy.

Yves Pellaux quittera ses fonctions le 31 décembre, après 25 ans de Municipalité, au total, et 8 ans et demi à la syndicature de Pomy. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je partirai le 31 décembre. Après 25 ans de Municipalité, au total, et 8 ans et demi de syndicature, la décision a été très dure à prendre. Mais je suis aujourd’hui convaincu que c’est la bonne.» Yves Pellaux, le syndic de Pomy, pèse chacun des mots qu’il prononce. Cet agriculteur au charisme certain a d’ordinaire la langue qui galope au service d’un verbe spontané. Au moment d’annoncer sa démission, ses mots sont cette fois plus policés, plus espacés. Malgré une certaine gravité de rigueur, l’édile, la tête haute, fait le choix de ne pas cacher ses balafres et se livre, en triturant ses grandes paluches abîmées par des décennies de travaux agricoles.

Une maîtrise communale «insuffisante» dans certains dossiers, comme l’aménagement du territoire, mais aussi des attaques personnelles l’ont poussé vers la sortie, à contrecœur. «Je savais que cette législature serait la dernière. Mais les choses ne se sont pas passées comme je l’espérais. J’y mets donc un terme plus tôt que prévu.» Depuis plusieurs mois, Yves Pellaux, qui est aussi le président du PBD Vaud et sa tête de liste au National, accuse le coup.

Un «pamphlet» dévastateur

Le 1er avril, à cinq jours de l’inauguration officielle de la grande salle de Pomy, une prétendue Amicale pour les intérêts du village et ses hameaux proposait, en guise de douteux poisson, de renommer La Poméranne en faisant un clin d’œil au syndic, rapportait alors «La Région». Dans un communiqué, la fantasque association soulignait qu’«Yves Pellaux avait mis toute son énergie, son dévouement, sa conviction écoresponsable pour la construction de son nouveau bébé» et précisait qu’il avait même oublié qu’un municipal était chargé des bâtiments. Pour le remercier, l’Amicale proposait, non sans ironie, de rebaptiser l'édifice «La Pellauranne» et invitait les habitants à voter par SMS en donnant le numéro de l’élu.

«Ce pamphlet m’a rongé les tripes, confie Yves Pellaux, qui fut président de Prométerre douze ans durant. Dans ce dossier, mon seul but était d’avancer, tout en militant pour l’utilisation de matériaux locaux et durables. On m’a reproché les coûts et le fait de foncer seul. J’ai simplement remédié au travail qui ne se faisait pas.»

Durant ses longues années au service de ce village de moins de 1000 âmes, situé à un jet de pierre d’Yverdon, le syndic dit avoir reçu de nombreux coups. Certains ont été difficiles à encaisser. «On ne s’engage pas pour recevoir des sourires, concède-t-il en esquissant un léger rictus. Mais on se fait attaquer une fois, deux fois, trois fois… Et on finit par se demander si tout cela en vaut vraiment la peine. Être syndic, c’est être le bouc émissaire. J’ai la chance d’être propriétaire et on me houspille systématiquement là-dessus quand on aborde la révision du plan général d’affectation. J’ai d’autres choses à faire, dans l’associatif et auprès de ma famille.»

Coup dur pour le PBD

Si une bonne partie de la population ne soupçonnait pas le départ de l’édile, c’est surtout son parti qui risque de regretter sa décision. «Le PBD peine à trouver des jeunes et des femmes, déplore Yves Pellaux. Ma démission est forcément dommageable. Je ne peux pas le dire autrement. Je suis leur seul membre à siéger dans un Exécutif vaudois.»

La formation centriste, qui n’avait récolté que 1,55% des suffrages aux dernières fédérales, avec près de 730 voix de moins que les Jeunes UDC, ne part toutefois pas défaitiste aux élections de cet automne. «Il y aura un siège vaudois de plus à Berne et donc potentiellement une place pour le parti du consensus, se rassure le syndic. Quoi qu’il advienne, à 60 ans, cela sera ma dernière candidature.»

Créé: 09.10.2019, 18h02

Articles en relation

Le syndic de Pomy part en guerre contre les déchets jetés dans les champs

Littering Yves Pellaux n’en peut plus des détritus balancés au bord des routes. D’autant plus que les vaches risqueraient gros. Plus...

La population de Pomy vise le cap du millier d’habitants

Urbanisme Aux portes d’Yverdon, le secteur de Longemale est prévu pour accueillir 250 personnes dans le cadre du Projet d’agglomération. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.