«La Vallée peut faire sa part dans la transition énergétique»

EolienLe parc Eoljoux, qui prévoit six éoliennes sur un alpage de la vallée de Joux, doit être validé par le Conseil du Chenit ce lundi soir. Le point sur les enjeux.

Alain Bourqui, directeur de la Société électrique de la vallée de Joux, promoteur d’Eoljoux.

Alain Bourqui, directeur de la Société électrique de la vallée de Joux, promoteur d’Eoljoux. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il défend depuis dix ans le projet éolien de la Vallée. Victimes d’une opposition locale farouche, situées en secteur protégé par l’Inventaire fédéral des paysages (IFP) et même menacées par la France voisine, les sept éoliennes d’Alain Bourqui, directeur général de la Société électrique de la vallée de Joux (SEVJ) passent un cap décisif ce lundi soir. Un Conseil communal du Chenit divisé doit lever les oppositions et se prononcer sur le plan partiel d’affectation. Alors que les antiéoliens appellent à manifester (lire ci-contre).

Si près du vote de lundi, comment vous sentez-vous?
C’est un passage important, mais je suis zen. Je me réjouis de la confrontation d'idées, c’est le résultat de dix ans de travail. C’est même une occasion historique. Il y a un siècle, les Combiers avaient refusé de se tourner vers l’énergie hydraulique. Les turbines sont maintenant à Vallorbe. J’espère qu’ils s’en souviendront.

L’investissement inquiète les opposants…
C’est 60 millions. La Vallée n’avait jamais dépensé autant depuis l’arrivée du chemin de fer. Mais il s’agit seulement de l’acquisition d’actions dans une nouvelle société anonyme. Les communes auront 60% du capital-actions du parc éolien.

Votre projet reste particulièrement critiqué.
Pas plus que d’autres parcs. Lors de la mise à l’enquête, nous avons eu peu d’oppositions. Elle vient maintenant, en prévision du vote. Le débat est le même partout: le paysage. C’est une notion personnelle. Je reviens de Delémont, les gens s’y sont faits. Les Combiers sont conscients qu’on a notre rôle à jouer dans la transition énergétique de demain. Notre seule matière première ici, c’est le vent. On ne fait que notre boulot. L’opposition réelle est difficile à évaluer. On ne le saura qu’en cas de référendum.

Vous oubliez la commune voisine de Bois-d’Amont (F). Un député en a même appelé à Ségolène Royal.
On a l’habitude de travailler avec les Français. (Sourire.) Nous avons un projet de fibres optiques chez eux. Ils pourront s’opposer à notre parc lors de la mise à l’enquête du permis de construire, c’est leur droit. En tout cas, à ce que dit notre avocat. On leur a proposé d’ajouter des éoliennes de leur côté, ils ont refusé. Maintenant, peut-être qu’une participation au capital pourra les intéresser.

Et la protection du paysage?
L’IFP, il ne dit pas que nous ne devons rien y construire. En 2005, nous sommes allés à l’Office fédéral de l’énergie. On nous a assurés du soutien de la Confédération en cas de forte volonté populaire. Maintenant, il y a une stratégie et des moyens pour y arriver dans la loi. On peut faire cohabiter les deux: c’est seulement un emprunt au paysage, le démontage fait partie du business plan. Au Portugal, les éoliennes sont dans leur seul parc naturel. Pour eux, il est cohérent d’y produire de l’énergie propre.

Que répondez-vous à ceux qui jugent le site mal choisi?
N’allez pas croire que nous cherchons à défigurer la Vallée ou à embêter nos voisins français. Nous avons étudié quatre emplacements. C’est le meilleur: il y a déjà une route d’accès, une alimentation électrique, du vent et très peu de défrichage. Il y a eu trois études sur le vent, tout ce qu’il faut pour le grand tétras et les chiroptères. Si on ne fait pas d’éoliennes ici, on n’en fera nulle part.

En dix ans, vous ne vous êtes jamais lassé?
Oui. On préférerait parfois qu’on nous dise franchement qu’on est contre l’éolien plutôt que de parler de la qualité du lait des vaches. Mais en plus d’être en tous points conforme aux lois, que peut-on faire? Je me bats parce que je suis convaincu du bien-fondé de ce projet, j’ai toujours été un électricien pour les énergies renouvelables. Je suis un ancien député, j’aime le débat. Mais le temps n’est pas en notre faveur.

Jusqu’où irez-vous?
Les études sont faites, il n’y a plus rien à dépenser. Nous proposons 60 millions de kWh par an d’énergie propre à la Vallée, des mesures de compensation en enterrant toutes les lignes électriques. Il y aura peut-être référendum et cinq ans de procédures, mais nous sommes prêts.

Le projet est-il modifiable?
De dix nous sommes passés à sept éoliennes. Une a été déplacée. Toute modification reviendrait à tout recommencer. (24 heures)

Créé: 23.11.2015, 10h08

Les opposants se rassemblent

«Contrairement à ce qu’on dit, il y a une réelle opposition à l’éolienne à la Vallée», assure Pierre-Alain Dufour, chef de file de l’association «Eoliennes, vraiment». Il compte en témoigner avec un rassemblement d’opposants aussi important que possible devant l’Hôtel de Ville du Sentier, ce lundi soir. Une manifestation silencieuse aux allures de veillée funèbre. «Il y a simplement trop de nuisances pour l’éolien en Suisse, poursuit l’opposant. Ce parc a été mal étudié. Il y a des lacunes, tant au niveau de l’ornithologie que de l’impact sur les sources… La Vallée peut se tourner vers le solaire ou le gaz de bois.» Le rassemblement compte sur la présence de plusieurs associations romandes.

Ajoutons que l’opposition est montée d’un cran du côté français. Selon nos confrères du Progrès, la Commune de Bois-d’Amont, voisine du futur parc éolien, a écrit officiellement à la Commune du Chenit pour obtenir «un ajournement du projet».

Articles en relation

A la Vallée, un bras de fer international s’engage sur l’alpage des Grands Plats

Eolien Les positions se polarisent alors que le futur parc éolien d’Eoljoux suscite désormais une véritable fronde française. Plus...

Quatre oppositions de plus au projet Eoljoux

Le Chenit La Commune du Chenit a reçu quatre nouvelles oppositions, s’ajoutant à celles d'associations, au terme de la mise à l’enquête du PPA du parc éolien. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.