Comment la Vallée veut tirer son épingle des Jeux 2020

CompétitionÀ la vallée de Joux, les Jeux de la jeunesse devront utiliser des infrastructures temporaires. Mais le rêve d’un centre nordique d’avenir reste d’actualité.

Aux Grandes Roches, cet automne, les Combiers ont profité de l'armée pour les seuls travaux que leur permet une convention signée avec les ONG protégeant le site. Tout devra être temporaire, et remis en état après 2020. La base d'un concept de jeux et de fêtes que la Vallée a moins d'un an pour réaliser.

Aux Grandes Roches, cet automne, les Combiers ont profité de l'armée pour les seuls travaux que leur permet une convention signée avec les ONG protégeant le site. Tout devra être temporaire, et remis en état après 2020. La base d'un concept de jeux et de fêtes que la Vallée a moins d'un an pour réaliser. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La vallée de Joux attend les Jeux olympiques de la jeunesse dans moins d’un an, et c’est déjà la course. Sans doute l’un des sites de ces JOJ au parcours le plus chaotique à ce jour, le pôle nordique prévu aux Grandes-Roches met les bouchées doubles pour parvenir à un véritable «challenge» au sens non sportif du terme. Monter un site olympique sur un alpage, dans les délais, et à partir d’une simple autorisation de manifestation.

Cliquez ici pour agrandir

C’est le résultat d’une véritable saga (lire l’encadré) dont le dernier rebondissement concluait au gel momentané du vaste projet initial auquel rêvaient les Combiers: tout un pôle d’excellence nationale entre les sapins. Ce projet a mordu la poussière lors d’une médiation entre le Conseil d’État, les organisations écologistes et les autorités du Chenit. Contrairement aux sites de Lausanne (patinoire de Malley et Vortex de Dorigny, où vont loger les athlètes) ou des Diablerets (la télécabine du Meilleret) qui peuvent inscrire leurs travaux dans une perspective durable, les Combiers planchent eux, depuis septembre dernier seulement, sur un concept entièrement temporaire, démontable, et néanmoins à la hauteur. Un défi.

Reconstituer le terrain

«On a renoncé à la première boucle de ski de fond, à l’ouest, dans les sapins. On a aussi renoncé au bassin de rétention, qui aurait servi en été pour le bétail et en hiver aux canons à neige. Le bâtiment principal sera seulement repeint et adapté. Mais surtout, on a dû revoir toutes les modifications de terrain», résume l’énergique Dominique Rochat, président du ski-club de la Vallée et coordinator event du site pour les JOJ. Les préparations de la piste, destinée aux épreuves de fond, ont été adaptées avant l’hiver. Les courbes naturelles de l’alpage, protégé justement pour son paysage, ont ainsi été corrigées par un déplacement de terres temporaire et moins ambitieux qui devront être reconstituées, couche par couche, après les Jeux. Par endroits, la piste devra donc être aménagée totalement en neige. Une difficulté supplémentaire en cas de disette d’or blanc.


Editorial: Là où les Jeux ont manqué de durabilité


C’est également en temporaire que les Combiers vont aménager les alentours des Grandes-Roches, là où se dérouleront sur une semaine les entraînements et épreuves des jeunes athlètes: 800 m, 2,5, 3,3 et 3,75 km. «On va aussi essayer d’y organiser une coupe romande des moins de 16 ans, précise Dominique Rochat. On veut susciter des émotions, que la jeunesse participe et soit notre réelle plus-value.» Le site comprendra un parking en gravier, à démanteler ensuite, une zone amovible pour le stockage de la neige, de simples containers pour les vestiaires et le matériel, un balisage temporaire, et surtout une zone réservée aux «ateliers sportifs», une sorte de jardin des neiges pour écoliers et amateurs où matériel et moniteurs seront à disposition. Seule concession au temporaire, une canalisation souterraine d’amenée d’eau, de fibre et d’électricité sur le site construite cet automne. Par rapport aux prévisions d’installations pérennes, les Combiers évaluent le surcoût à 50% de leur budget initial.


A lire: Le Chenit pourra bel et bien accueillir les JOJ


En parallèle à la manifestation, un plan d’affectation avec projet de centre nordique est en préparation et sera mis à l’enquête après les Jeux. Il en va selon eux de la relève des sports d’hiver. «Les Combiers ne naissent plus forcément tous avec des skis aux pieds. Préparer l’avenir est fondamental, enchaîne Dominique Rochat. On va déjà profiter des JOJ pour former des bénévoles, profiler du personnel et des moniteurs. Il y a une tradition à ressusciter.»

Mobiliser la relève

Côté animation, c’est le Centre sportif du Sentier qui va être transformé en Village des fêtes. Un igloo, des sapins, un chalet construit par les bûcherons de la commune, une petite piste de curling et de ski de fond, deux événements par jour en sus de la restauration locale. Tout un concept, également développé en intelligence avec le tremplin de saut des Tuffes en France voisine, où aura lieu l’essentiel des épreuves du pôle Jura des JOJ.

À la Vallée, l’idée est de toucher toutes les générations, en commençant par un programme impliquant les écoles (les classes joueront les journalistes durant les courses, le centre technique prépare 150 crécelles en bois pour encourager les athlètes…), des expositions sur le chronométrage et l’histoire du sport, une présence visuelle dans les commerces, etc. Comme si, pour les Combiers, la réussite passait outre les infrastructures. «On veut créer une dynamique, indique Dominique Rochat. On est une équipe de trente personne et la priorité reste de boucler le budget et trouver suffisamment de bénévoles. Mais le vrai défi, ce sera après. Garder l’élan sera le plus difficile.»

Créé: 24.01.2019, 06h52

Si vous avez raté le début

Juin 2014 Les Combiers préparent leur concept pour le ski de fond, en collaboration avec le site des Tuffes (France), pour les épreuves de saut, de combiné et de biathlon.

Février 2016 Début d’un projet ravivant le souvenir des Coupes du monde à la Thomassette: piste moderne et rehaussée, nouveaux locaux, etc. Tout un centre national de ski nordique. Décembre 2017 Le Chenit envisage la construction de trois tremplins de saut à skis, des pistes éclairées de nuit et plus d’ampleur au futur centre nordique, pour 6,4 millions. La Commune rachète par ailleurs à Morges la colonie des Grandes-Roches.

Février 2018 Face aux réticences du Canton et des ONG – le site est classé par l’Inventaire fédéral des paysages (IFP) – Le Chenit renonce aux tremplins.

Mars 2018 La Fondation suisse pour le paysage promet des recours.

Juin 2018 Les autorités combières réagissent en séquençant les procédures: d’abord des canalisations vers le site, puis la préparation du projet via une simple autorisation de manifestation, enfin un plan partiel d’affectation pour le centre nordique. Les ONG maintiennent leur opposition aux travaux.

Septembre 2018 Médiation du Conseil d’État. Les Combiers reportent leur centre nordique et s’engagent à remettre le site en état en échange d’un retrait des recours. Le projet de centre reste sur le métier.

Automne 2018 Avec l’armée, Le Chenit adapte temporairement le terrain et amène au site les canalisations (eau potable et pour les canons, électricité, etc.).

Janvier 2019 Il reste un an avant le coup d’envoi des JOJ.

Articles en relation

Le Chenit pourra bel et bien accueillir les JOJ

Vallée de Joux Un accord a été trouvé avec les opposants aux travaux en vue de Lausanne 2020. Plus...

Les étudiants vaudois bûchent en vue des Jeux olympiques de la jeunesse

Formation L’ECAL et l’École de la construction travaillent à la réalisation de la future vasque olympique. L’UNIL, l’EPFL ou encore l’École hôtelière de Lausanne sont aussi de la fête. Plus...

La vallée de Joux servira d’écrin à deux épreuves

Triathlon Un XTERRA samedi et une course classique dimanche feront nager, rouler et courir quelque 1250 athlètes aux Charbonnières. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.