La Vallée voit grand pour assurer la relève sportive

Sport d'hiverEn parallèle des JOJ, le Chenit espère créer trois tremplins, un centre nordique et un Centre régional de performance.

Les trois tremplins de 10 m, 30 m et 50 m, imaginés aux Grandes Roches, pourraient permettre aux skieurs de s’entraîner aussi bien l’été que l’hiver.

Les trois tremplins de 10 m, 30 m et 50 m, imaginés aux Grandes Roches, pourraient permettre aux skieurs de s’entraîner aussi bien l’été que l’hiver. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Région historique du ski nordique, dotée de clubs locaux très actifs, la Vallée voit grand pour assurer la relève sportive. Chargée d’accueillir en janvier 2020 les épreuves de ski de fond des Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) de Lausanne, en partenariat avec le site des Rousses, en France voisine, elle aimerait profiter de cette synergie pour créer un pôle de compétence international, une fois la flamme olympique éteinte. Deux projets lui tiennent à cœur: la construction de trois tremplins pour le saut à skis avec la création d’un centre nordique; et la mise en place d’un centre régional de performance, destiné à offrir un entraînement aux sports nordiques aux jeunes en parallèle de leurs études.

«Nous n’avons rien dans la Vallée pour que les jeunes s’entraînent dans de bonnes conditions, pas de canons à neige, pas de vestiaire, pas d’éclairage. Il est trop difficile pour les entraîneurs de corriger leur technique à la lampe frontale. Quand il n’y a pas assez de neige, les ski-clubs sont contraints de faire des kilomètres de voiture pour trouver des pistes», déplore Dominique Rochat, président du Ski-Club Vallée de Joux. Et d’ajouter qu’il n’existe aucun tremplin d’été en Suisse romande.

«Nous n’avons rien dans la Vallée pour que les jeunes s’entraînent dans de bonnes conditions, pas de canons à neige, pas de vestiaire, pas d’éclairage»

Les infrastructures nécessaires à tous ces projets sont détaillées sur le nouveau plan partiel d’affectation des Grandes Roches, présenté lundi soir au Conseil communal du Chenit par le Municipal Bertrand Meylan. Pour mener à bien ses ambitions, la Commune du Chenit doit d’abord acquérir, pour 2 millions de francs environ, les parcelles de Moësettaz et des Grandes Roches, propriétés de la Ville de Morges. Actuellement en discussion, les deux communes devront soumettre ce rachat à leurs Conseils communaux respectifs en janvier 2018. «S’il est accepté, le PPA sera mis à l’enquête en début d’année», indique Bertrand Meylan.

Travaux en trois phases

Sans certitudes encore sur la faisabilité de l’ensemble du projet, Dominique Rochat planifie les étapes en trois phases. Avant les JOJ 2020, des travaux seront à réaliser pour corriger les dévers sur les pistes. Des canons à neige devront être installés sur deux boucles de 2,5 km. Une zone destinée au snow farming sera également aménagée. Elle permettra de conserver la neige sous une couche de copeaux, récupérée en début de saison pour alimenter les pistes. Des retenues collinaires seront créées pour alimenter les canons l’hiver ou pour désaltérer le bétail en été. Une partie des pistes sera éclairée et une boucle de 1,5 km sera dès lors ouvrable dès le début du mois novembre au public. Dans un second temps, si la Commune du Chenit parvient à acquérir les Grandes Roches, une deuxième tranche de travaux pourrait avoir lieu pour créer une piste de ski de fond à roulettes. Celle-ci permettrait aux enfants de travailler leur technique aussi l’été. Des éclairages pérennes y seraient également installés.

Dans une troisième étape, trois tremplins de 10 m, 30 m et 50 m seraient construits aux Grandes-Roches pour la pratique du saut à skis d’hiver ou d’été. Un centre nordique, accueillant des vestiaires, un restaurant et des locaux de stockage, compléterait l’offre. Si les tremplins voient le jour, un centre régional de performance (CRP) émergerait aussi. Il permettrait à des jeunes âgés de 11 à 20 ans d’aménager leur planning scolaire ou professionnel pour des entraînements de ski de fond, de biathlon, de saut à skis et de combiné nordique. Il y aurait quatre lieux d’entraînement: Le Sentier (centre sportif), les Grandes Roches (centre nordique), Les Tuf et Chaux-Neuve en France voisine.

Si la Commune du Chenit ne parvient pas à racheter la parcelle morgienne, les tremplins et le CRP ne verraient certainement pas le jour. Le coût dépendra donc de là où le projet s’arrêtera. Pour les aménagements de ski de fond, il est estimé à environ à 6 440 000 francs. Pour le saut à skis, à environ 6 700 000 francs. (24 heures)

Créé: 05.12.2017, 21h22

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Johnny monument national. (Paru le 9 décembre)
(Image: Vallott) Plus...