Yverdon confirme la vente de son patrimoine

PolitiqueDans les prochaines années, la Ville entend vendre ou mettre en participation externe, toute une série de parcelles stratégiques, de conduites d'eau ou de bâtiments communaux. De quoi dégager pour 120 millions de cash.

L'Ancienne Poste, dont la bibliothèque et le service de la Culture doivent à terme migrer, fait partie des bâtiments et des biens dont la ville aimerait tirer de quoi se maintenir à flots.

L'Ancienne Poste, dont la bibliothèque et le service de la Culture doivent à terme migrer, fait partie des bâtiments et des biens dont la ville aimerait tirer de quoi se maintenir à flots. Image: Olivier Allenspach/A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des parcelles stratégiques, des participations de la Ville çà et là, ses actions à Romande Énergie, d’anciennes bâtisses historiques et jusqu’aux canalisations. Voilà trois ans qu’Yverdon compte vendre ou se délester d’une partie de son patrimoine. Une stratégie confirmée en quelques mots dans un récent préavis traitant du taux d’imposition et des finances communales. Sauf que depuis les premières velléités de valorisations d’actifs publics, émises en 2016, le projet a depuis pris l’ascenseur. On parlait alors de 46 millions de francs à empocher en cinq ans. Désormais, dans les derniers plans d’investissements toujours sur 5 ans, on parle de 120 millions de francs.

Le but? Ni plus ni moins que de «maintenir un équilibre financier acceptable», note la Ville dans son dernier préavis. Un impératif pour s’autoriser les ambitieux projets en cours (la route de contournement à 33 millions, le collège des Rives à 62 millions ou la place d’Armes à 30 millions) et destinés à assumer ce «pari en l’avenir» pour l’image et l’attractivité d’Yverdon, conclut la Ville. En d’autres termes, il faut du cash-flow. «Actuellement il nous faudrait environ 30 millions par année, tranche le syndic, Jean-Daniel Carrard. On doit trouver des solutions pour faire avancer la Ville et pour équiper des quartiers.»

En termes de surfaces, Yverdon compte vendre également Verdan, une moitié des superficies de Gare-Lac et d’Y-Parc, une portion des Parties, la dernière parcelle au Pré-du-Canal, le parking de la rue du Midi, etc. Dans les bâtiments, sont concernés les locaux du Service des énergies et la ferme des Cygnes.

S’y ajoutent désormais des canalisations, des réservoirs d’eau potable, voire un réseau de gaz local. Un désengagement prévu, souligne le municipal Pierre Dessemontet. «Ce sont des charges en moins et des rentrées momentanées certes, mais l’idée est de donner des moyens à l’entité régionale qui va désormais s’en occuper.» Une externalisation d’autres réseaux est à l’étude.

À gauche, on s’étrangle évidemment sur «une vente des bijoux de famille». «L’eau et les canalisations restent en mains publiques avec un contrôle démocratique, enchaîne la socialiste Pascale Fischer, alignée derrière son municipal. Mais pour le reste nous sommes en train de vendre le patrimoine de nos enfants, il nous restera quoi à ce rythme dans quelques années? On parle de nos dernières parcelles stratégiques. Quand on ne les aura plus, on ne les aura plus.» Elle poursuit. «On va devoir mener ce débat sur la place publique. Il ne peut pas rester celui de quelques élus.» Voilà qui promet pour la rentrée politique.

Chez les Verts, Céline Ehrwein critique une absence de politique globale. «On attend toujours un programme concernant les biens immobiliers de la Commune, note-t-elle. Là, on a juste l’impression que la majorité a ouvert une carte et essaie de vendre ce qu’elle voit. C’est une vision à court terme, et ça ressemble beaucoup à une solution d’urgence. On veut vendre la parcelle de l’ancienne source Arkina, c’est tout un symbole.»

«On ne va pas aller jusqu’à vendre l’Hôtel de Ville, balaie le syndic. Financer ces projets par l’impôt, ce serait une augmentation de 40 points. C’est évidemment délirant. Non, on cherche des solutions plausibles avec des éléments non péjorants.» Il prend le cas d’une vente de 50% des surfaces communales de Coteau-Est, dans le but de financer leur utilisation. Ce sont des surfaces encore vertes et non légalisées qu’Yverdon compte urbaniser depuis des lustres, maintenant en 2023, à en croire le plan des investissements. «Pour Gare-Lac par exemple, continue l’édile, on ne va pas pouvoir vendre et faire la promotion de ces quartiers tout seuls, c’est logique de nous associer avec ceux qui pourront le faire.»

La piste des partenariats public-privé revient en boucle. Désormais également pour les anciennes casernes. L’opposition jure qu’elle examinera chaque projet au cas par cas.

Les comptables de la Ville s’attendent à un tassement des investissements pour 2022.

Créé: 29.08.2019, 13h21

Articles en relation

Yverdon espère engranger des millions avec une nouvelle taxe

Urbanisme La Ville veut percevoir une taxe sur les plus-values foncières pour financer ses futurs équipements d’utilité publique. Plus...

Ultime étape avant la mise à l’enquête du parking de la place d’Armes

Yverdon-les-Bains La Ville doit transformer en parcelles communales le domaine public qui ceint la zone. Plus...

La Ville d’Yverdon vend une demeure historique

Patrimoine La Ferme des Cygnes ne sera sans doute bientôt plus propriété communale. La demeure et son parc font l’objet d’un appel d’offres. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.