A Yverdon, le plan de bus fait grincer des dents

TransportsLa redistribution des lignes desservant l’ouest de la ville inquiète des passagers à mobilité réduite.

Travys passera plus souvent au nouveau collège, mais plus sur l'avenue de Grandson et la rue de Neuchâtel. Des usagers grincent des dents. La Ville et la compagnie défendent une amélioration globale du réseau.

Travys passera plus souvent au nouveau collège, mais plus sur l'avenue de Grandson et la rue de Neuchâtel. Des usagers grincent des dents. La Ville et la compagnie défendent une amélioration globale du réseau. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«On n’a pas pensé à nous, les vieux, les personnes à mobilité réduite, les usagers de base. On ne nous a pas consultés et on se sent un peu les dindons de la farce», soupire un voyageur régulier du quartier de Prés-du-Lac, se disant porte-parole d’une série d’usagers réguliers.

Il réagit aux modifications du réseau de Travys, convenues avec la Ville pour le nouvel horaire. Afin de desservir le Collège des Rives et la patinoire, la ligne 605 qui relie le nord-ouest de la ville fera un aller-retour direct, sans desservir l’avenue de Grandson puis Bel-Air. Pour le transporteur, pas moyen de maintenir un itinéraire combinant les deux quartiers.

«Il s’agit du moins mauvais choix pour un gain global notoire, défend le directeur de Travys, Daniel Reymond. Tout arrêt modifié impacte des usagers, on le sait. Mais l’arrêt le plus concerné est utilisé par 27 personnes par jour en moyenne, et pour moitié ce sont des gens de chez nous.» L’arrêt en question jouxte les locaux de Travys.

Si une boucle disparaît, il reste Carpostal sur cet itinéraire, avance Raphaël Gerbex, chef de la gestion du trafic. «Et à côté la fréquence de la nouvelle 605 est augmentée, avec l’avantage de pouvoir gagner directement le secteur de la patinoire sans devoir changer à la gare. Dans l’ensemble, il y a une amélioration de la desserte.» Pas trop long tout de même pour une chaise roulante? «D’un arrêt qui n’est plus desservi à son arrêt le plus proche, il y a 150 à 350 mètres au maximum. Dans l’agglomération lausannoise, le maillage est moins serré.»

Ces usagers ont fait part de leurs doléances à la Ville. «Nous allons les traiter et discuter avec Travys pour voir ce qu’il est possible de faire», souligne le syndic, Jean-Daniel Carrard. L’édile PLR tient quoi qu’il en soit à souligner que la suppression de ces arrêts ne résultait pas d’une volonté délibérée de priver un secteur d’Yverdon et ses habitants de l’accès au réseau de transports publics. «Il ne s’agit pas non plus d’une mesure d’économie financière. L’enveloppe que nous remettons à Travys est plus importante qu’auparavant.»

Créé: 26.09.2019, 20h13

Articles en relation

Le Collège des Rives et Y-Parc font bouger les bus

Yverdon-les-Bains Le réseau de bus urbain de l’agglomération yverdonnoise va connaître dans les mois à venir plusieurs adaptations. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.