Yverdon se prépare un centre (quasi) piéton

UrbanismePlutôt connue pour ses projets de route et de parking, la deuxième ville du canton prépare la fermeture au trafic et la modération de tous les environs de la future place d'Armes.

Une vue generale de la place d'Armes le mercredi 3 décembre 2014 à Yverdon.

Une vue generale de la place d'Armes le mercredi 3 décembre 2014 à Yverdon. Image: JEAN-CHRISTOPHE BOTT/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce ne sont encore que des documents de travail et des pistes de réflexions. N’empêche. La deuxième ville du canton est en plein brassage de cartes, de plans d’architectes, de chiffres et de courbes de circulation. D’ici à 2024-2025, l’arrivée du parking souterrain de la place d’Armes va chambouler toute la mobilité d’Yverdon, et la Ville a plutôt intérêt à être prête.

Son plan? Un virage résolument axé sur la mobilité douce, qui a été présenté dans les grandes lignes aux partis politiques lundi soir. Selon les mots du syndic, Jean-Daniel Carrard, il ne s’agit ni plus ni moins de ménager une grande zone de tranquillité au centre-ville, piétonne et quasi-piétonne, sur l’esplanade verte de la future place d’Armes, et surtout autour.

«Pas droit à l’erreur»

«C’est l’occasion de se doter d’espaces extraordinaires. On joue avec le cœur de la ville, on n’a pas le droit à l’erreur. Ce projet devra convaincre et ne pas se jouer sur un vote serré entre élus», note l’édile.

Et la plupart des élus, justement, avaient de la peine à y croire. Surtout la gauche, habituée à critiquer une politique du «tout bagnole» de la part de la majorité en place. Elle vient de frapper un joli coup. «Une belle nouvelle», réagit le socialiste Stéphane Balet. «Une volonté d’avancer. Espérons maintenant qu’on puisse la financer», commente le Vert Younes Seghrouchni. «Il y a encore du travail, mais tout le monde se réjouit. Depuis le temps qu’on l’attend, cette nouvelle place», ajoute la PLR Pierrette-Roulet Grin. Seule l’UDC émet quelques réserves. «Il faudra voir le projet définitif, mais si celui-ci se confirme, on va faire d’Yverdon le plus grand rond-point du monde», souligne Ruben Ramchurn.

Reprendre les remparts

Le principe, c’est de décourager le trafic de transit tout en aménageant les accès à un parking souterrain de 1000 places, véritable aspirateur à voitures selon les mots de l’opposition. Un joli casse-tête. La première mesure phare de la Ville consiste à faire de la rue des Remparts «la zone de trafic la plus douce possible», selon le syndic, soit une zone de rencontre à 20 km/h. Selon le premier projet pour la nouvelle place, devisé à 19 millions, la rue devait se muer en large esplanade pour les terrasses et les foires.

Cliquez sur l'infographie pour l'agrandir

Là-dessus, plusieurs élus pointent toutefois du doigt la situation d’accès au parking, au centre de la rue. «Le plus logique serait de repousser les entrées aux extrémités, imaginez la situation aux heures de pointe. Mais tout en souterrain, ça n’a évidemment pas les mêmes coûts», glisse l’UDC Ruben Ramchurn. Même avis chez Pierrette Roulet-Grin. «Il faut avoir plus d’ambition et éloigner les entrées. On ne fait pas ce genre de projets tous les dix de l’an.» En coulisses, il se murmure toutefois que négocier la chose avec le maître d’œuvre, le groupe Marti-Amag, sera difficile.

En parallèle, le syndic annonce la fermeture au trafic individuel motorisé de la rue de l’Ancien-Stand, soit l’un des principaux accès aux Rives. Un retournement complet. En 2014, le PLR avait usé de toutes ses forces pour empêcher que le plan directeur de Gare-Lac voue définitivement cet axe aux arbres et à la mobilité douce. La gauche avait plié. Cinq ans plus tard, retour au projet initial. «Parce que désormais, on sait qu’on peut dévier le trafic en double sens par la rue de l’Industrie», justifie Jean-Daniel Carrard. Résultat: cela réserve l’accès à la gare aux seuls piétons, bus et vélos (on prévoit une vélostation de 500 à 1000 petites reines), en reléguant les zones de déposes aux extrémités.

S’attaquer aux goulets

D’autres secteurs pourraient être gagnés par la mobilité douce. Entre les lignes, on devine que le goulet de la rue du Casino (entre la Maison d’Ailleurs et la Brasserie du Château) ainsi que le triangle voisin sont ciblés. C’est d’ailleurs là que le projet de nouvelle place d’Armes visait à déplacer le kiosque à musique afin d’y créer un espace de rencontre.

La contrepartie, c’est un report et un redéploiement du trafic à l’échelle du centre. Certains axes pourraient passer à sens unique, comme la rue des Casernes. Examiner une remise en bidirectionnel de la rue d’Orbe ou des quais de la Thièle fait partie des questions ouvertes. Un plan complet de circulation est attendu pour 2020.

Créé: 18.12.2019, 09h53

Articles en relation

Yverdon: la fin discrète d’un petit kiosque à l’ancienne

Vaud Le bureau de tabac des Remparts a vendu ses dernières cigarettes. Au cœur de la place d’Armes, c’était devenu un petit lieu de vie. Plus...

A Yverdon, le contribuable rapporte de moins en moins

Finances publiques Le contribuable yverdonnois est devenu celui des villes vaudoises qui rapportait en moyenne le moins aux finances publiques, passant sous Renens. Plus...

A Yverdon, le plan de bus fait grincer des dents

Transports La redistribution des lignes desservant l’ouest de la ville inquiète des passagers à mobilité réduite. Plus...

Ce qui a grippé le développement d’Yverdon

Audit «24heures»a enfin eu accès à l’étude sur l'organisation problématique du Service de l’urbanisme et des bâtiments, à l’origine de plusieurs chantiers à surcoûts. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.