Yverdon se voit en mecque romande du beach tennis

AttractionDiscipline émergente en Suisse, ce sport fun va faire son show à la plage, grâce à un petit groupe de passionnés.

Du sable, un filet, une balle et des raquettes: en très résumé voilà le beach-tennis.

Du sable, un filet, une balle et des raquettes: en très résumé voilà le beach-tennis. Image: Olivier Allenspach

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après Copacabana et Rimini, Yverdon-les-Bains. C’est sur le sable chaud de Rio, puis sur les longues plages de l’Adriatique italienne que le Chamblonnois Patrick Thomet a découvert puis parfait ses aptitudes dans une discipline sportive émergente qu’il entend implanter durablement dans la capitale nord-vaudoise avec des amis: le beach tennis.

«J’y ai joué pour la première fois au Brésil durant l’hiver 2012-2013», raconte ce jeune homme de 33 ans. L’idée trotte alors dans la tête de ce prof du Tennis-Club de Chamblon d’exporter ce sport chez lui. Mais c’est en retournant dans la ville carioca avec son frère l’hiver suivant que le déclic se fait vraiment. Rapportant dans leurs valises deux raquettes – elles sont beaucoup plus courtes que celles utilisées par les tennismen et sans cordage –, ils en parlent dans leur club.

Ça tombe bien, puisque, au même moment, Swiss Tennis essaie de développer cette discipline qui se joue par équipes de deux sur des terrains de beach-volley. L’association a du reste des offres pour du matériel que le club nord-vaudois achète. «Pendant l’été, on a organisé quelques tournois, et la sauce a pris assez rapidement», sourit Patrick Thomet. C’est à ce moment-là qu’Arnaud Mentha, un pote d’enfance passé depuis longtemps du tennis au volley, puis au beachvolley, se pique au jeu.

Une première à Lugano

Rapidement, les deux copains s’inscrivent dans des tournois. En Suisse, bien sûr, où quatre autres clubs existent, à Berne, à Emmen, à Lugano et à Coire. Mais également en Allemagne et en Espagne.

«Nous avons joué notre premier tournoi à Lugano. En arrivant là-bas, je n’avais pas dormi de la nuit, persuadé qu’on allait se faire laminer», rigole Patrick Thomet. Au final, les deux compères atteignent les quarts de finale. «Ce qui est motivant, c’est que, rapidement, tu peux obtenir des points qui te classent au niveau suisse. Mais pas seulement: aussi incroyable que ça puisse paraître, on a un ranking international», relève Arnaud Mentha. Dans le dernier tableau, il pointait au 333e rang, Patrick le devançant d’une trentaine de places.

Numéro 5 en Suisse, Patrick Thomet a même profité des défections des matricules 1, 3 et 5 pour participer en juillet dernier aux championnats du monde par équipes qui se sont déroulés en juillet à Moscou. Bilan: trois défaites contre Saint-Marin, la Bulgarie et l’île Maurice, et une victoire contre Chypre. Un match pour lequel il a aussi été aligné en mixte.

Conscients que l’engouement pour ce sport est grandissant, Patrick Thomet, Arnaud Mentha et Quentin Pellaux veulent donc l’installer durablement dans le Nord vaudois. Cet hiver, ils devraient ainsi fonder officiellement le Beach Tennis-Club de Chamblon. «Et, dès l’été prochain, on pourrait organiser des tournois suisses et internationaux à Yverdon», souhaite Patrick Thomet.

Surfant sur leur monopole romand, les deux compères envisagent également de donner des entraînements, de transmettre leur passion. Dans cette optique, ils ont participé au début du mois à un camp en Italie, où ils ont pu côtoyer l’actuel No 5 mondial, Michele Cappelletti. «Il nous a appris des trucs qui nous permettent de perfectionner notre technique et qui donnent des lignes directrices pour progresser», conclut Arnaud Mentha. Progresser et voir plus loin, mais depuis les terrains de sable de la plage d’Yverdon ou de Chamblon. (24 heures)

Créé: 13.08.2015, 22h35

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.