Passer au contenu principal

Les Yverdonnois ont monté de leurs mains un espace éphémère

Un lieu éphémère, mis sur pied grâce à un montage participatif, proposera des activités tout l’été sur le quai de Nogent.

La Dérivée est modulable à l’envi: un même espace pourra être fermé ou ouvert selon les activités programmées.
La Dérivée est modulable à l’envi: un même espace pourra être fermé ou ouvert selon les activités programmées.
OLIVIER ALLENSPACH

«Le montage est un succès! Le nombre de bénévoles présents est une très bonne surprise.» Marie Romanens, costumière indépendante et présidente de l’Association Ici, s’active depuis le 7 juin avec une quinzaine de personnes par jour pour monter la fameuse Dérivée sur le quai de Nogent. Quèsaco? Une structure de bois imaginée et dessinée gratuitement par des professionnels comme, notamment, le studio RR Rotative Research , basé à Zurich et à Rotterdam. En forme de théâtre grec antique, l’installation éphémère a une mission: animer les rives du lac le temps d’un été.

Pour donner vie aux plans de construction, une multitude de bénévoles de toutes les tranches d’âges et de tous les horizons ont manié à tour de rôle crayon, scie et tournevis. Et souvent, des passants se sont joints à l’aventure. Les sirops et bières artisanales offerts aux bénévoles n’y sont sûrement pas pour rien. Une retraitée, en bordure du chantier jeudi dernier, a remarqué le montage lors de sa balade de la veille au bord du lac. Depuis, elle a décidé de s’y arrêter systématiquement pour discuter. «C’est une belle manière de se réapproprier l’espace urbain, affirme-t-elle. Cette construction permet de mesurer les efforts nécessaires à un tel projet.»

Séparée en différents modules fermés ou ouverts selon les envies et les animations, la structure s’adapte à tout type d’activités. «On peut délimiter des espaces clos pour permettre à des gens de venir travailler, explique Marie Romanens. Ces mêmes pièces pourront aussi accueillir des ateliers ouverts.» Au centre du lieu culturel, une buvette permet aux visiteurs de se sustenter. Pour les grosses faims, un food truck s’établira juste à côté de La Dérivée.

«On fait des semaines à thème, sur la permaculture, la sexualité, la politique ou encore la nutrition, détaille la présidente de l’association»

Si on retrouve au programme des 14 week-ends d’ouverture des activités fixes, comme des cours de méditation chaque jeudi matin et des projections cinématographiques le dimanche soir, le reste de la programmation est libre. «On fait des semaines à thème, sur la permaculture, la sexualité, la politique ou encore la nutrition, détaille la présidente de l’association. Mais l’idée est aussi de laisser libre cours à ses envies et d’intégrer des projets dont nous n’aurions peut-être pas encore entendu parler.» Comme tout lieu de festivités estivales qui se respecte, bon nombre de soirées dansantes avec des DJ sont aussi dans les tuyaux. «Il y en aura pour tous les goûts, poursuit Marie Romanens. Du jazz, du rap et aussi de l’electro.»

Vers un lieu permanent

Au total, pas moins de dix associations se sont regroupées pour mener à bien ce projet, et la plupart des agitateurs culturels se connaissent depuis quelque temps maintenant. «On s’est rencontré lorsqu’on faisait du bénévolat dans des lieux comme L’Amalgame, il y a plusieurs années, explique Marie Romanens. On est aujourd’hui à la tête de nos projets, et cela crée forcément des synergies.» Toutefois, l’Association Ici n’a pas oublié son objectif principal, qui est d’ouvrir un lieu permanent. «On fera un bilan en septembre avec la Municipalité. Pour la suite, aucune porte n’est fermée», conclut sa présidente.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.