Une Yverdonnoise pro de la bascule

CirqueGianna Sutterlet participera au plus important festival international de cirque du pays. Elle est la seule Suissesse sélectionnée.

Image: Marie-Françoise Plissart

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les frissons d’adrénaline, il faut les aimer pour voltiger et avoir pour piste d’atterrissage un petit carré de 40 cm. À 23 ans, l’Yverdonnoise Gianna Sutterlet en a fait sa profession. Sa spécialité? La bascule. Cette discipline de cirque collective où les artistes virevoltent à tour de rôle dans les airs.

Avec Tripotes la Compagnie, qu’elle a cofondée, elle participera du 11 au 15 mai au festival Young Stage à Bâle. La plus importante manifestation internationale de cirque en Suisse, qui jouit également d’une bonne réputation hors de nos frontières. «Encore une fois», le spectacle imaginé par la Vaudoise et ses deux partenaires espagnols, Julio Calero Ferre et Dani Torralbo Pérez, fait partie des quatorze numéros retenus sur les 450 soumis. «La bascule est un art très spectaculaire, ces trois artistes disposent d’une bonne technique et leur numéro présente une touche humoristique qui a fait la différence», relève Nadja Hauser, directrice du festival.

La Suissesse, désormais établie à Bruxelles, sera la seule représentante du pays. «La Suisse n’a pas une culture du cirque très développée et il n’existe pas de formation professionnelle, donc les artistes s’exportent et c’est ensuite difficile de revenir dans le réseau du pays, j’imagine que ça joue un rôle», commente Gianna Sutterlet. Elle, s’est immergée dans l’univers du cirque à 8 ans et ne l’a plus quitté.

Trapèze, acrobatie, au Zarti’Cirque de Sainte-Croix, elle touche à plusieurs formes de voltige avant de se spécialiser dans la bascule. «Cela me plaît car c’est une discipline collective, il faut avoir confiance en la personne qui est en face de toi, par contre lorsque tu es en l’air, cela reste ta responsabilité d’atterrir au bon endroit. Et c’est un sacré challenge, on se casse souvent la figure. Mais avec l’expérience on chute mieux», rigole-t-elle.

C’est à l’École supérieure des arts du cirque de Bruxelles qu’elle a rencontré Julio Calero Ferre et Dani Torralbo Pérez. «Dès mon arrivée à l’école, nous avons dû travailler ensemble. Nous nous sommes tellement bien entendus que nous avons décidé à la fin du cursus de créer notre propre compagnie. C’est marrant de se dire que mon emploi du temps s’organise autour de deux personnes que je ne connaissais pas il y a trois ans.»

Dans «Encore une fois», les compères revisitent de manière ludique et humoristique cette rencontre, tout en repoussant les limites de la bascule. «Encore une fois, c’est ce que nous disait notre coach russe, c’est le droit à l’erreur, à recommencer. Le cirque est basé sur le risque, le danger, et chaque performance présente sa part d’imprévus.»

Le site de la compagnie: https://tripoteslacompagnie.com/ Le site du Young Stage: https://www.young-stage.com/en/index-en/ (24 heures)

Créé: 15.04.2018, 11h29

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Macron et la France bloquée. Paru le 21 avril 2018.
(Image: Valott) Plus...