Un nouvel outil pour prédire la température du Léman

EPFLUn doctorant de la haute école fédérale a mis au point une modélisation disponible pour tous publics.

Le modèle mis au point à l’EPFL prédit l’évolution des courants et des températures avec plus d’un jour d’avance. On peut le consulter sur le site Internet meteolakes.epfl.ch.

Le modèle mis au point à l’EPFL prédit l’évolution des courants et des températures avec plus d’un jour d’avance. On peut le consulter sur le site Internet meteolakes.epfl.ch. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Les lacs sont des écosystèmes complexes et dynamiques, il est maintenant possible d'en avoir un aperçu en temps réel et en 3D pour le Léman.», déclare Theo Baracchini. Ce chercheur prépare une thèse au sein du Laboratoire de physique des systèmes aquatiques de l’EPFL, à Ecublens. Elle porte sur l’utilisation des données fournies par les satellites et par d’autres sources pour modéliser l’évolution des eaux de ce lac. Cela ne l’empêche pas d’avoir le souci de communiquer avec le public. Le modèle informatique qu’il a concocté, disponible au public depuis un mois sur le site Internet meteolakes.epfl.ch, permet en effet de prévoir la température à tel ou tel point du lac avec un jour d’avance.

«Dans notre modèle, le lac est divisé en un peu plus de 500 000 cellules carrées de près de 500 mètres de côté chacune, précise le doctorant. Grâce notamment aux données fournies par Météo Suisse, à celles provenant d’un satellite et à nos propres mesures, on peut connaître l’évolution du système sur 33 heures.»

«Les lacs sont des écosystèmes complexes et dynamiques, il est maintenant possible d'en avoir un aperçu en temps réel et en 3D pour le Léman.»

Mieux, on peut aussi visualiser l’évolution des températures dans la profondeur, en un point du lac.

«Ce travail est bien sûr scientifique, il peut servir pour la recherche environnementale. Mais il a aussi un intérêt plus large, ne serait-ce que pour les activités de loisir sur le lac», confie Theo Baracchini.

«On peut extrapoler cette modélisation à d’autres lacs, en l’adaptant et en l’ajustant, complète le professeur Alfred Johny Wuest, superviseur de Theo Baracchini. Nous n’avons pas vraiment eu le temps ni l’occasion de songer à des applications hors recherche. Mais on peut raisonnablement penser que ces données puissent intéresser les organismes de surveillance du Léman. Ou les gestionnaires de systèmes de refroidissement utilisant l’eau du lac, comme ici à l’EPFL. Ou, qui sait, les pêcheurs.» Il ajoute que, dans les océans, on a pu prouver que des différences prononcées de température à certaines profondeurs peuvent indiquer des endroits où l’on a plus de chances de trouver de grandes quantités de poissons. «C’est à vérifier en eau douce», tempère le professeur Wuest. (24 heures)

Créé: 04.08.2016, 18h36

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...