Nouvelle gouvernance pour le projet «cerveau» basé à l'EPFL

ScienceLe Human Brain Project, grand programme de recherche européen sur le cerveau, a mis en place trois nouvelles entités dirigeantes.

Philippe Gillet, à la tête du projet et vice-président de l'EPFL.

Philippe Gillet, à la tête du projet et vice-président de l'EPFL. Image: FLORIAN CELLA/A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

A la suite de la crise qui a secoué le Human Brain Project (HBP) en été 2014, différents audits et un processus de médiation avaient conclu à la nécessité de réformer la gouvernance de ce grand programme de recherche européen basé à l’EPFL. C’est aujourd’hui chose faite, selon un communiqué (en anglais) du HBP paru hier.

Trois entités ont été mises en place, et le pouvoir a été redistribué, dans la droite ligne des recommandations émises par le médiateur et les audits. Il s’agit du conseil des financeurs, en anglais le Stakeholder Board (SB), l’organe suprême et stratégique du HBP, qui se trouve au-dessus de la deuxième entité, la Direction (Directorate), qui elle-même a autorité sur le Conseil de la science et des infrastructures (Science and Infrastructure Board, SIB).

19 pays participants

Les décisions finales seront prises par le SB, composé des 19 pays qui participent au projet, en complément à l’Union européenne. La Suisse est représentée par Patrick Aebischer, président sortant de l’EPFL qui fut à l’origine de l’aventure du HBP, avec les professeurs Henry Markram (EPFL), Richard Frackowiak (CHUV-UNIL, retraité) et Karlheinz Meier (Université de Heidelberg). Wolfgang Marquardt, ex-médiateur du HBP, représente l’Allemagne. La présidence du SB revient au neuroscientifique Matthew Lambon-Ralph, de l’Université de Manchester.

La Direction s’occupe de la gestion du projet, avec à sa tête Philippe Gillet, vice-président de l’EPFL. C’est lui déjà qui assumait le rôle de coordinateur pendant la phase de transition entre le trium-virat Markram-Frackowiak-Meier et la nouvelle organisation.

Katrin Amunts du Forschungszentrum Jülich et de l’Université Heinrich Heine de Düsseldorf préside le SIB, et Karlheinz Meier en est l’un des vice-présidents. Henry Markram, père du HBP et figure controversée, fait partie de ce conseil, mais n’est plus que responsable d’un des sous-projets, celui sur la simulation du cerveau.

Les neurosciences cognitives et intégratives devaient en outre être réintégrées dans le programme. «C’est chose faite là aussi, commente Philippe Gillet. Nous y consacrons 10% de notre budget.» (24 heures)

Créé: 27.07.2016, 19h48

Articles en relation

Le «projet cerveau» de l’EPFL cherche de nouveaux fonds

Sciences et médecine Un an après son démarrage, le grand programme de recherche coordonné depuis la Suisse attend une nouvelle manne de l’Europe et surtout des Etats participants. Plus...

Le cerveau virtuel entre en phase opérationnelle

Sciences Le Human Brain Project a annoncé aujourd'hui la mise à disposition de six de ses plates-formes informatiques à la communauté scientifique. Plus...

L’Europe a dit oui à la suite du Human Brain Project

Science L’Union européenne et l’EPFL ont signé une feuille de route pour les sept ans à venir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...