Une nouvelle route à apprivoiser devant les deux hautes écoles de Lausanne

CirculationLa deuxième étape de requalification de la RC1 est bientôt finie, avec des voies séparées pour les bus, les voitures et les vélos

Il ne reste plus qu'à tracer les marquages définitifs pour  que soit terminée la requalification de la deuxième étape de transformation de la route passant devant l'EPFL et l'UNIL.

Il ne reste plus qu'à tracer les marquages définitifs pour que soit terminée la requalification de la deuxième étape de transformation de la route passant devant l'EPFL et l'UNIL. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A première vue, c’est un vrai casse-tête routier. Devant l’EPFL et l’UNIL, sur la route du lac, on a des cyclistes qui circulent sur la même bande que les piétons, des bus qui entrent et sortent du trafic automobile pour rejoindre ou quitter leur voie réservée, et des voitures arrivant de Saint-Sulpice qui doivent traverser toutes ces voies avant de s’engager sur la chaussée. C’est un nouvel échantillon du réseau routier vaudois qu’il faut bien assimiler et apprivoiser, entre la jonction autoroutière de Malley-La Bourdonnette et l’intersection avec l’avenue du Tir-Fédéral.

Nouvelle, cette artère où circulent quelque 18 000 véhicules par jour l’est, en raison de la métamorphose conséquente que lui ont fait subir deux fois deux ans de travaux intensifs.

«On est passé d’une logique purement routière à ce que l’on appelle une requalification, qui rend le trafic plus fluide, plus sûr, avec aussi des aspects paysagers plus esthétiques, résume Pierre-Yves Gruaz, chef de la Direction générale de la mobilité et des routes à l’Etat de Vaud. Cela correspond à l’urbanisation progressive de ce tronçon, et à une exigence d’assainissement du point de vue du bruit et de la pollution.» La limitation de vitesse a baissé, de 70 à 60 km/h, pour que les pendulaires appuient moins sur le champignon.

Il précise aussi, au vu des prévisions de croissance de l’agglomération Lausanne-Morges, que l’objectif global n’est pas forcément de faire baisser le nombre de voitures passant par là, mais de faciliter la cohabitation entre différents modes de déplacement.

Une large place est ainsi faite à la mobilité douce, vélos et piétons, ainsi qu’aux transports publics, avec surtout la ligne de bus 701 de la compagnie MBC (régions de Morges et du pied du Jura).

Cette opération concerne en fait tout le tronçon allant de la Bourdonnette à Morges, un but qui sera atteint en encore deux étapes de chantier, dans les années à venir. Pour l’instant, un peu plus de deux kilomètres ont été «requalifiés» ou sont en passe de l’être. La moitié, devant l’EPFL, est faite depuis 2012. L’autre moitié, devant l’UNIL, n’attend plus que le marquage définitif sur la chaussée,

«A la suite de la mise en service de la première étape, il y a eu un temps d’adaptation, et nous avons légèrement modifié la signalisation et le marquage, après avoir observé ce qui se passait», explique Pierre Bays, chef de la division Infrastructure routière à la DGMR. Il arrivait en effet fréquemment que des automobilistes découvrant le nouvel arrangement des voies de circulation se trompent et empruntent la voie du bus au sortir d’un des giratoires. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, selon les représentants de la DGMR.

Quant au gain de temps supposé pour les chauffeurs de bus, il n’est pas mesuré «en direct». Pas encore. «On ne peut pas suivre à distance les bus MBC, contrairement à ceux des TL, difficile donc de mesurer à ce stade le temps gagné, explique Pierre-Yves Gruaz. Il faudra attendre la réalisation des quatre étapes pour vraiment constater une différence. Si l’on gagnait 4-5 minutes, ce serait déjà bien. Pour les transports publics, chaque minute compte, car elles sont source d’économies d’exploitation non négligeables que peuvent réaliser les compagnies de transports et donc au final les collectivités publiques.»

Aux dires de Maurice Decoppet, membre du comité de l’Association de défense des intérêts des riverains des hautes écoles (ADIHRE), les nouveaux aménagements seraient plutôt bien reçus par les usagers. «Je ne nierai pas qu’il y a eu des personnes qui trouvaient que c’était trop compliqué, mais je crois que les retours sont globalement bons.» Il concède que les bouchons sont toujours présents aux heures de pointe, «dans le sens inverse de ce qu’on attendrait, précise-t-il. Ils apparaissent le matin pour le sens de circulation qui sort de Lausanne et va vers les hautes écoles, et l’inverse le soir.»

Il pointe cependant du doigt un souci de sécurité routière, dû au fait que certains cyclistes roulent à contresens sur l’une des voies qui leur sont réservées.

Créé: 07.08.2016, 13h08

Des cyclistes souvent à contresens

Sur la partie sud de la chaussée de la RC1 requalifiée, donc côté lac, il arrive très souvent que des cyclistes circulent en direction de Morges. Ce qu’ils ne devraient en principe pas faire, puisqu’il existe une autre voie pour vélos au nord de la route requalifiée, partagée selon les endroits avec la voie réservée aux bus. La bande cyclable sud est réservée, toujours en principe, au sens Morges-Lausanne. Et de plus la chaussée, séparée du trafic automobile, y est partagée avec les piétons, grâce à un marquage au sol. «Les vélos qui roulent sur cette piste en direction de Morges peuvent ne pas être vus aux carrefours par les automobilistes débouchant depuis l’une des routes arrivant de Saint-Sulpice, note Maurice Decoppet, membre du comité de l’Association de défense des intérêts des riverains des hautes écoles. Ils arrivent par la droite alors qu’on les attend à gauche.» Un souci que confirme la présidente de l’association Pro-Vélo Lausanne, Zoé Dardel, qui ajoute que la traversée des giratoires côté sud de la route n’est pas idéale pour les cyclistes, mais fonctionne par contre bien côté nord.

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.