Une nouvelle société espère humaniser les soins à domicile

SantéUne entreprise prônant hiérarchie horizontale et proximité avec les patients quadrille Montreux, Vevey et Aigle.

L’infirmière Jade Fierry-Fraillon, nouvelle recrue des Soins volants, à l’œuvre au domicile d’une patiente.

L’infirmière Jade Fierry-Fraillon, nouvelle recrue des Soins volants, à l’œuvre au domicile d’une patiente. Image: ODILE MEYLAN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pas de chefs, une hiérarchie plate et de petites équipes autonomes de soignants. Une entreprise «libérée» (le terme consacré pour ces structures reposant sur les initiatives du personnel) a vu le jour il y a trois mois du côté de Clarens. Les Soins volants sont la création d’un trio d’infirmiers, des anciens des Centres médico-sociaux vaudois (CMS). Loïc Vaggiani, Pakize Palan et Catherine Girard rêvaient d’un autre modèle de soins à domicile, loin des «lourdeurs» du système traditionnel.

Les Soins volants comptent pour l’instant une dizaine de professionnels actifs à Vevey, Montreux et Aigle. La société – dont les prestations sont remboursées par l’assurance maladie – espère s’étendre rapidement à Lausanne et ailleurs.

Connaître sa clientèle

«Plus il y aura de demandes, plus il y aura de petites équipes liées à un territoire ou à un quartier, explique Pakize Palan. Elles ne seront jamais constituées de plus de dix ou douze personnes. Nous voulons rester proches des gens, nous adapter à leurs besoins et, surtout, promouvoir leur autonomie en prenant en compte leur environnement (voisins, famille…). Pas question de faire des soins au kilomètre.»

«Je pense à une personne pour qui aller au jardin est essentiel mais qui prend des risques en le faisant, illustre Catherine Girard. Au lieu de lui dire qu’elle ne peut plus le faire, on analysera sur place la situation et on mettra en place un système de sécurité personnalisé.»

Les Soins volants s’inspirent du modèle de soins infirmiers Buurtzorg, inventé par le hollandais Jos de Blok. Le principe: des petites équipes autogérées de soignants de proximité. Répartis par secteur, les infirmiers planifient leurs tournées, choisissent leur taux d’occupation et même leurs jours de travail.

«Avec les CMS, il y avait tous les jours une personne différente qui venait chez moi. Là, ce sont toujours les mêmes; je les connais, une relation s’installe»

«Comme rien n’est imposé, ça va tout seul, témoigne Loïc Vaggiani. Les membres de chaque équipe se mettent autour d’une table et, en trente minutes, le planning du mois est réglé. Comme ce sont les gens qui soignent qui planifient eux-mêmes leurs tournées (ndlr: ce n’est pas le cas dans les CMS de l’Association vaudoise d’aide et de soins à domicile – AVASAD), ils connaissent les habitudes de chacun et peuvent s’adapter.»

Lucile Durgniat a rejoint les Soins volants après avoir officié comme infirmière en CMS et à l’hôpital. «Je ne regrette pas mon choix. Mes conditions de travail et ma qualité de vie sont tout autres. Surtout, j’ai mon mot à dire; ma parole a de la valeur. Je peux modeler mon environnement de travail et faire qu’il me ressemble.»

La tournée de son collègue Loïc Vaggiani le mène ce jour-là au Mont-Pèlerin pour des injections d’hormonothérapie chez une patiente atteinte d’un cancer. Il est accueilli chaleureusement. «À un moment donné, une personne différente des CMS venait tous les jours chez moi, raconte la cliente. Je devais à chaque fois réexpliquer toute ma maladie, l’emplacement des médicaments, la façon dont je préfère être coiffée, le chemin pour venir chez moi… Ce n’était plus possible. Là, ce sont toujours les mêmes personnes; je les connais, une relation s’installe. Je ne vis plus la maladie de la même façon. Et je sais que si mon état se péjore ils seront là. La tranquillité d’esprit, c’est précieux quand on est malade.»

Jour et nuit

Une infirmière spécialisée en soins palliatifs peut prendre en charge les personnes qui souhaiteraient mourir à domicile. Dans tous les cas, les Soins volants interviennent sept jours sur sept, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. «Économiquement, cette disponibilité jour et nuit n’est pas viable, reconnaît l’équipe. Mais on se dit qu’à terme nos valeurs d’humanisme, de respect et d’empathie seront payantes. Et nos interventions nocturnes ont déjà évité plusieurs hospitalisations.»

Si la structure est subventionnée par l’État de Vaud (40%), elle ne reçoit en revanche pas les subventions des Communes, qui partent dans la poche de son concurrent, l’AVASAD. «On espère que le gâteau sera bientôt partagé de façon équitable», glisse Pakize Palan.

En attendant, les Soins volants cherchent des fonds pour se développer, notamment via un financement participatif qui a pris fin le 31 mars (sur la plateforme heroslocaux.ch).

Pour ce qui est des effectifs, les candidatures ne manquent pas. Il faut dire que l’AVASAD traverse une crise. Cible de nombreuses critiques d’employés et de clients, les CMS vaudois ont déclenché une réforme globale qui doit permettre d’améliorer les conditions de travail.

Créé: 01.04.2019, 07h03

Articles en relation

«Les soins à domicile sont devenus une usine à gaz»

Santé Alors que la faîtière promet des changements, d’anciens cadres de CMS dénoncent à leur tour des dysfonctionnements. Plus...

Un plan de bataille pour réformer les soins à domicile vaudois

Conditions de travail La direction promet des changements dès le mois d'août, basés sur les propositions des employés des CMS Plus...

«Le ras-le-bol dans les soins à domicile est généralisé»

CMS Un nouveau témoignage indique que les problèmes dénoncés à Lausanne «sont les mêmes dans tout le canton». Plus...

Des soignants à domicile crient à la déshumanisation

Soins à domicile Quatre employées de CMS lausannoises font part de leurs inquiétudes. Elles déplorent la valse des clients et dénoncent leurs conditions de travail. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.