Passer au contenu principal

La numérisation s’invite sur les tables des bistrots

À l’occasion de la journée du digital, le public pourra exprimer ses craintes, ses doutes et ses espoirs lors d’événements gratuits.

De son côté, le Café Saint-Pierre, à Lausanne, accueillera une table ronde sur la protection des données et sur la cyberhygiène.
De son côté, le Café Saint-Pierre, à Lausanne, accueillera une table ronde sur la protection des données et sur la cyberhygiène.
D.R.

Rendre le virtuel concret. Expliquer et débattre des enjeux de la numérisation de notre société. Aborder les peurs, les incertitudes et les espoirs suscités par les prémices d’un monde 4.0. La Journée du digital, plus de 300 activités gratuites partout en Suisse, c’est un peu tout cela à la fois. Sa troisième édition, qui aura lieu le 3 septembre, met l’accent sur le dialogue entre experts et public, averti ou non.

Pas moins de 18 «tell», des événements gratuits et sur inscription durant lesquels environ 100 personnes sont réunies autour de tables, par groupe de 8-10, pour réfléchir ensemble à divers sujets, sont organisés sur tout le territoire national. Dans des lieux tels que des bistrots, des salles de concert et de cinéma ou encore des hautes écoles. Le canton de Vaud, loin d’être oublié, en comptera aussi son lot (lire encadré). «Il sera même mis à l’honneur puisque c’est le conseiller d’État Philippe Leuba qui s’exprimera au nom de la Suisse romande lors de l’inauguration», indique Sébastien Kulling, directeur romand de Digitalswitzerland.

Quidams et experts

L’organisation souhaite donc réunir quidams et experts dans une même salle autour de thématiques complexes comme la mobilité, l’utilisation des données, le monde du travail ou les médias. Les penseurs numériques en herbe devront ensuite résumer et écrire les idées fortes du groupe auquel ils appartiennent, à la mode des World Cafés, où les idées qui jaillissent sont inscrites à la va-vite sur un bout de nappe.

Le concept, mis sur pied avec un florilège de partenaires, peut paraître caricatural et tout droit sorti d’un best-seller américain du management. Il est cependant on ne peut plus sérieux et promet même des résultats. «Dans un monde aussi complexe que le nôtre, aucun État, aucune organisation ou entreprise ne pourrait trouver des solutions aux problématiques soulevées par la numérisation tout seul, poursuit Sébastien Kulling. Cette évolution de notre société doit passer par le dialogue entre les citoyens pour qu’elle soit encadrée et qu’elle corresponde le mieux à nos valeurs.»

«Cette évolution de notre société doit passer par le dialogue entre les citoyens pour qu’elle corresponde le mieux à nos valeurs»

Les points de vue exprimés lors de ces «tell» seront ensuite présentés aux décideurs et «durablement suivis par Digitalswitzerland», indique le site internet de la plateforme. Mais pas que. «Un consortium de chercheurs les étudiera, annonce Sébastien Kulling. Cependant, nous restons prudents concernant les conclusions qui en découleront. Pas plus de 2-3 débats sont organisés sur le même sujet. Donc, même si nous accueillons un échantillonnage de plus ou moins 1800 personnes, il sera difficile d’avoir une photographie précise, au niveau national, de ce que pense la population.»

Avant de pouvoir décider, faut-il encore sensibiliser et éduquer le grand public aux enjeux inhérents à la numérisation. «Même si la Suisse est moins avancée que certains pays, à l’instar de l’Estonie, cette évolution à déjà commencé, insiste le directeur romand de Digitalswitzerland. Ce n’est plus de la musique d’avenir.»

Une transformation en profondeur qui aura ses gagnants et ses perdants. «Mon travail existera-t-il encore? Les robots deviendront-ils vraiment intelligents et ne finiront-ils pas par nous remplacer? Ces mêmes questions reviennent souvent lors d’échanges publics, confie Sébastien Kulling. Personne ne fait exception. L’humain a besoin d’être écouté et de pouvoir s’exprimer. De voir qu’il n’est pas tout seul face à de telles problématiques.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.