L’odeur des WC incommode les députés

Grand ConseilLes élus se plaignent de relents désagréables dans leur nouvelle salle. Les effluves des WC finissent parfois dans l’hémicycle au lieu d’être évacués.

Certains députés ont mis sur leur pupitre des huiles essentielles pour masquer les mauvaises odeurs. Celles-ci ne sont pas persistantes, mais vont et viennent.

Certains députés ont mis sur leur pupitre des huiles essentielles pour masquer les mauvaises odeurs. Celles-ci ne sont pas persistantes, mais vont et viennent. Image: ARC/Jean-Bernard Sieber

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après les plaintes de certains députés sur les poubelles et l’horloge dont ils sont privés dans leur toute nouvelle salle du parlement, un autre problème fait beaucoup parler dans les coulisses du Grand Conseil: les odeurs nauséabondes qui parcourent parfois la grande salle plénière. Certains élus semblent préservés, mais les autres ont le même discours: c’est un subtil mélange d’urine et d’excréments.

Concrètement, l’air des toilettes – situées à l’étage inférieur – devrait être expulsé vers l’extérieur du bâtiment. Mais il finit dans la grande salle, via les bouches de ventilation situées derrière les pieds de certains députés. De l’avis général, l’odeur n’est pas persistante, mais va et vient au gré de la journée.

C’est le Parti libéral-radical (PLR) qui a révélé ces problèmes olfactifs dans la dernière édition de son magazine politique Tribune. «A la construction, les petits gars du bâtiment ont dû croiser pas mal de tuyaux de ventilation, car, dès midi, des relents de latrines embaument les travées de l’hémicycle», écrit un député anonyme, sous le pseudonyme de «Jerry Khan & Associés», dans la rubrique «On met le feu».

«Ça n’arrive pas que l’après-midi, ça peut être à tout moment de la journée, complète un élu PLR. Parfois on sent aussi les odeurs de cuisine.» Une collègue ajoute: «C’est surtout quand vous revenez dans la salle que vous le remarquez. Ça vous prend vraiment au nez.»

Difficile, pour un non-élu, d’évaluer véritablement l’ampleur du désagrément. Les députés interdisent en effet aux journalistes d’entrer dans leur salle pendant les débats. La tribune du public et des médias, située en hauteur, est préservée des mauvaises odeurs.

Huiles essentielles

Pour travailler sereinement, certains parlementaires ont tout de même dû faire preuve d’ingéniosité. «Moi-même, comme plusieurs collègues, j’ai mis des huiles essentielles sur mon pupitre pour masquer cette odeur», explique très sérieusement une élue de gauche. L’huile de lavande serait le meilleur remède. Et cette députée ajoute: «Au début, la ventilation était trop froide. Ensuite elle s’est réchauffée, mais avec les odeurs malheureusement.»

Cette situation ne fait de loin pas rigoler tout le monde, surtout pour un bâtiment dont la construction a avoisiné les 25 millions de francs. «Ce problème de climatisation, ce n’est pas normal pour un bâtiment qui a coûté autant», critique un homme de droite.

Pas de malfaçon

La coupable a finalement été démasquée: une pièce défectueuse sur le système de ventilation. Il s’agit d’un clapet qui est censé empêcher l’air d’aller dans une mauvaise direction. Une pièce de rechange a été commandée et elle devrait être installée dans les semaines à venir.

«Le système de ventilation de ce bâtiment est assez complexe et il s’agit d’un simple problème technique», explique Marc Collomb, l’architecte du nouveau parlement. Y aurait-il eu malfaçon? Non, répond Marc Collomb. «Ce sont des choses qui peuvent arriver après un tel chantier. Aucun tuyau n’a été croisé et ce problème n’a rien à voir avec la technologie du toit du bâtiment.»

La députée Vert’libérale Martine Meldem abonde, elle qui préside le groupe consultatif des utilisateurs du parlement. «Ce type d’incidents est normal dans un tel bâtiment, qui se rapproche d’un prototype, commente-t-elle. Il s’agit de réglages fins d’une machine gigantesque et toute neuve.» (24 heures)

Créé: 25.10.2017, 18h26

Articles en relation

Les députés privés de poubelles et d’horloge

Vaud Après deux mois dans leurs nouveaux locaux, des élus pointent du doigt les petits tracas du quotidien. La commission de projet se défend. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Trois femmes avaient déjà mis en cause Donald Trump durant la campagne présidentielle. Elles se sont retrouvées sur un plateau de télévision pour réitérer leurs accusations. La Maison-Blanche a dénoncé des «histoires inventées»
(Image: Bénédicte) Plus...