L'oenotourisme a éclos et quitte le patronage de l'Etat

VinsLancé en 2014, le projet Vaud œnotourisme et ses 2,5 millions cantonaux passe en mains d’une association.

Philippe Leuba et Yann Stucki ont mené à bien le projet oenotouristique vaudois, financé en partie par l'Etat entre 2014 et 2019.

Philippe Leuba et Yann Stucki ont mené à bien le projet oenotouristique vaudois, financé en partie par l'Etat entre 2014 et 2019. Image: Valentin Dubach

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une fois n’est pas coutume: pour résumer le chemin parcouru en cinq ans par le projet Vaud Œnotourisme, lancé en 2014 par le Canton avec une manne publique de 2,5 millions de francs, on laissera exceptionnellement la parole au directeur de l’Interprofession de la vigne et du vin du Valais, Gérard-Philippe Mabillard: «Vaud a placé la Suisse sur la carte œnotouristique du monde!»

La phrase n’est pas pour déplaire à Philippe Leuba, ministre de l’Économie et de la Viticulture, qui a chapeauté le projet et en tirait le bilan ce lundi au Cellier d’Échallens. Elle ravit aussi Yann Stucki, chef de projet. Il reprendra le flambeau dans un partenariat public-privé avec Swiss Creative, la nouvelle société qu’il a montée avec les fondateurs du Cellier et de Provino, Landry Pahud et Michael Brülhart. Les trois entrepreneurs seront mandatés par la nouvelle Association Vaud Œnotourisme, qui réunit désormais les filières concernées par le tourisme gourmand, présidée par Andreas Banholzer, directeur de l’Office du tourisme vaudois, secondé par Gilles Meystre, président de GastroVaud.

Le fait que les filières se réapproprient le projet était prévu dans les objectifs de base. Aussi, les 2,5 millions sur cinq ans ont été dépensés jusqu’au dernier centime, «sans que 1 franc soit dévolu à l’administratif», se réjouit Philippe Leuba. Il était également question que chaque franc public soit compensé par un investissement égal des filières. «Les 2,5 millions dépensés par le Canton ont généré quelque 6 millions d’investissements. Soit plus que les 50% exigés au départ!»

Parmi les éléments concrets nés durant ces cinq années, on peut notamment énumérer les quelque 70 producteurs, hôteliers ou institutions «certifiés» qui constituent le réseau Vaud Œnotourisme, la création du Prix et des Rencontres suisses de l’œnotourisme, la rédaction d’un manuel inédit dédié aux professionnels de l’accueil et du goût, huit balades autour de la culture de la vigne et un portail internet (www.vaud-oenotourisme.ch) qui répertorie l’offre existante.

Durant ce même temps, on a vu se développer les initiatives personnelles ou communes et fleurir les points de vente de type œnothèques dans les villages vignerons. «C’était un travail de fond: il a fallu expliquer la valeur ajoutée de l’œnotourisme à ses acteurs, puis les former, les fédérer et enfin organiser l’offre, explique Yann Stucki. Tout cela a poussé les gens à innover!»

À l’heure du bilan, le réseau semble être l’élément le plus important à préserver et à développer, c’est lui qui crée l’émulation. Et l’idée est bien d’aller voir plus loin que le bout de son nez: en 2019, le 3e Prix suisse de l’œnotourisme, né en terres vaudoises, aura lieu à Chamoson (VS). Par ailleurs, un Swiss Wine Tourisme Tour est en préparation. Il emmènerait les amateurs de vin de Porrentruy à Visperterminen (VS), en passant par Lausanne, désormais inscrite parmi les grandes capitales du vin.

Créé: 11.03.2019, 19h05

Articles en relation

Vaud lance son projet d'oenotourisme

Tourisme Fortement souhaité par les branches touristique et vitivinicole, appuyé par le Conseil d’Etat, le projet d’oenotourisme vaudois commence son déploiement. Plus...

Lausanne est bien capitale viticole de toute la Suisse

Oenotourisme La candidature de la ville au Great Wine Capitals Global Network a été acceptée. Plus...

Un diplôme marketing de l’accueil et du goût

Oenotourisme Un nouveau cursus vaudois, reconnu au niveau suisse, veut répondre aux besoins des vignerons, hôteliers ou restaurateurs. Plus...

Le cœur de Lavaux abreuve enfin les randonneurs

Oenotourisme Plusieurs débits de boissons ouvrent cet été sur le chemin de ceux qui visitent la région. Une aubaine aussi pour les locaux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.