L'offre en scanners et IRM gonfle, à la barbe de Maillard

SantéHirslanden inaugure un centre de radiologie à la porte de Lausanne deux mois avant la décision sur un décret qui veut freiner l’offre. Provocation?

Le nouvel Institut de radiologie de l’Ouest lausannois (IROL) possède un scanner et un IRM (photo) de la dernière génération. A cela s’ajoutent tous les appareils nécessaires aux prestations standards d’imagerie médicale.

Le nouvel Institut de radiologie de l’Ouest lausannois (IROL) possède un scanner et un IRM (photo) de la dernière génération. A cela s’ajoutent tous les appareils nécessaires aux prestations standards d’imagerie médicale. Image: PHILIPPE MAEDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Logé dans le Prilly Business Parc, proche de la patinoire et de la gare de Malley, l’Institut de radiologie de l’Ouest lausannois (IROL) accueille ses premiers patients depuis une semaine. De délicates lumières d’ambiance réchauffent les pièces où les patients passeront des moments inconfortables, allongés dans le tunnel d’un scanner ou d’une IRM. Cédric Bossart, directeur de la clinique Bois-Cerf et de l’IROL, justifie cet investissement de Hirslanden, le plus grand groupe de cliniques privées en Suisse: «L’offre de radiologie était lacunaire dans cette région de 70 000 habitants en fort développement. Notre centre y pratiquera une médecine de proximité à un niveau d’exigence élevé.»

Une concurrence féroce

A un scanner et à un IRM de la dernière génération s’ajoute la panoplie des appareils pour toutes les prestations standards d’imagerie médicale. Hirslanden a confié cet outil flambant neuf à un tandem expérimenté: les docteurs Danielle Bianchi Hösli et Ghassan Barghouth ont longtemps travaillé pour le service public. Ils étaient depuis plus de dix ans médecins-chefs au service de radiologie de l’hôpital de Morges (EHC). Leur virage, que d’autres radiologues sur l’arc lémanique ont aussi pris récemment, conforte l’impression d’une concurrence féroce entre les secteurs public et privé. La motivation financière n’a pas joué de rôle, assurent les deux médecins. Le désenchantement face au climat de travail qui, disent-ils, se péjore pour les médecins cadres dans l’hôpital public, a éveillé leur motivation pour une nouvelle expérience. Ils ont vu dans l’IROL une opportunité de premier ordre.

Crispation politique

L’histoire serait banale si elle ne survenait pas dans un contexte politique crispé. Le patron de la Santé publique vaudoise, Pierre-Yves Maillard, dénonce depuis des mois une inflation d’équipements en médecine ambulatoire, en radiologie mais aussi en radiothérapie, en cardiologie et en chirurgie. Il veut la freiner au nom de la maîtrise des coûts. Au début de l’été, il a rallié le gouvernement à un projet de décret qui instaure une clause du besoin pour l’achat de tout nouvel équipement dans ces domaines. Parmi les appareils visés figurent les scanners et les IRM. On y recourt désormais pour des examens de routine dans la plupart des disciplines médicales. Ils sont devenus des symboles d’une médecine chère et où régnerait la surprescription.

Pas de précipitation

Les travaux du parlement commencent cette semaine et le texte législatif devrait être voté en octobre. «Rien n’a été précipité pour échapper de justesse au décret», jure Cédric Bossart. Le projet de créer ce centre à Prilly remonte à 2013. Il a été initié par Marc Cikes, médecin et administrateur du Réseau Delta Vaud, un cercle de médecins organisés pour mettre en commun leurs connaissances et des ressources. Hirslanden, propriétaire des cliniques Bois-Cerf et Cecil à Lausanne, a acheté le concept de l’IROL avant que Pierre-Yves Maillard ne lance en consultation son projet de clause du besoin. Puis le groupe a assumé l’investissement pour 4,5 millions de francs. Les deux médecins ne sont pas salariés mais indépendants. Ils touchent de 20% à 25% du tarif rémunérant les actes de radiologie. Hirslanden prend le solde, soit la part technique du tarif; de quoi couvrir l’investissement et l’exploitation du centre.

Une proximité confortable

Quatorze scanners et autant d’IRM sont déjà en activité à Lausanne, selon l’état des lieux dressé par le Service de la santé publique en juin 2014. Des délais d’attente ne sont pas signalés par les médecins prescripteurs. Pierre-Yves Maillard assène: «On ne peut plus laisser des équipements de ce type se développer sans en vérifier le besoin. Une chasse aux profits débridée en médecine fait exploser les coûts.» Cédric Bossart, lui, met dans la balance le gain de confort pour les futurs patients, qui seront mieux servis, à proximité de leur domicile ou de leur lieu de travail.

Un nouvel IRM est aussi inauguré ces jours à Payerne par le Centre médico-chirurgical de la Broye, sans que la preuve du besoin soit évidente pour le Service de la santé publique. Si le décret était en vigueur, dans ce cas comme pour l’IROL, une commission devrait se prononcer sur l’existence d’une demande non satisfaite. Pierre-Yves Maillard voit dans ces exemples un motif de voter vite le décret «par respect pour les payeurs de primes».

«Un bouc émissaire facile»

Laurent Chapuis, président du Groupement des radiologues vaudois, conteste que l’offre génère la demande et conduit à la surprescription: «L’addition de nouvelles machines d’imagerie correspond à l’augmentation de la population du canton, à son vieillissement et aux modifications des besoins des médecins traitants.» Des mauvaises pratiques existent, concède-t-il, «mais pas plus que dans d’autres disciplines, c’est dire qu’elles sont marginales». Si on freinait celles-ci, les appareils en service pourraient tourner davantage sur des plages horaires élargies, «mais personne ne le souhaite; c’est sans doute un luxe». Il avertit: le décret ne freinera pas l’augmentation des consultations en radiologie, «car celles-ci participent d’une médecine moderne de qualité qui allonge les années en bonne santé de toute la population».

Le vrai débat, dit-il, devrait porter sur le coût que la société est prête à payer pour atteindre ce résultat positif et sur la répartition de l’effort financier. «La radiologie est un bouc émissaire facile, un symbole de la médecine moderne, mais pas la cause de tous ses maux réels ou supposés.»

Créé: 24.08.2015, 07h07

Articles en relation

La hausse rapide des coûts de la radiologie inquiète

Le débat au Grand Conseil coïncidera avec l’annonce des hausses de primes pour 2016. Or les indices disponibles font craindre que celles-ci ne soient marquées. «Les coûts de la médecine ambulatoire explosent et le développement accéléré de la radiologie y contribue», note Pierre-Yves Maillard. Les radiologues relativisent l’attaque et rappellent que les coûts qu’ils génèrent ne représentent que 220 millions de francs, ou 0,3% des coûts de la santé en Suisse. Mais ce ratio ne couvre que les prestations des médecins en cabinet, précise l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Son vice-directeur, Oliver Peters, estime à un milliard de francs toutes les prestations de radiologie fournies en Suisse. Le plus inquiétant, dit-il, est que l’accélération des coûts générés par la radiologie est plus rapide que la hausse moyenne, déjà élevée, des coûts de la médecine ambulatoire. «Tout le monde sait que les actes de radiologie sont facturés beaucoup trop cher, et cela suffit à expliquer l’envol de l’offre ces cinq dernières années», déplore Oliver Peters, responsable de l’assurance-maladie à l’OFSP. A titre d’exemple, un IRM utilisé 8 h 30 par jour génère une marge de profit d’environ 55%, a constaté l’OFSP sur la base d’informations publiques. Pas étonnant que la Suisse dispose d’une capacité en IRM et en scanners par million d’habitants deux fois supérieure à la France et à l’Allemagne, selon l’OCDE (Health at a Glance: Europe 2014). Cette densité spectaculaire d’appareils varie entre les cantons, et Vaud figure dans le peloton de tête des mieux équipés.

Articles en relation

Le marché de la radiologie bousculé par les Bertarelli

Santé Le groupe Affidea, qui appartient à la famille milliardaire depuis l’an dernier, croît à vive allure en Suisse et en Europe. Plus...

Un appareil de radiologie low-cost pour le Cameroun

Médecine L’EPFL et des partenaires suisses et africains ont mis au point un prototype de matériel médical mieux adapté aux conditions des hôpitaux du Sud. Plus...

La radiologie s'invite dans le traitement des tumeurs

Journée mondiale contre le cancer Les interventions locales et peu invasives ne cessent de se développer. Exemple à Clinique de La Source, à Lausanne. Plus...

Un centre de radiologie pour le Chablais

AIGLE La Municipalité a mis à l’enquête publique la construction d’un institut privé de radiologie. Celui-ci devrait ouvrir courant 2014. Plus...

Lausanne: une innovation pour traiter les hernies sans chirurgie

Radiologie Grâce à un système révolutionnaire, certaines hernies ne nécessitent plus de passer sous le scalpel. Démonstration en vidéo à la clinique Bois-Cerf à Lausanne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...