Passer au contenu principal

Les oies de Sauvabelin barbotent à la SPA

Les oies de la gouille lausannoise ont fini à Sainte-Catherine, au milieu des chiens, des perruches et des hérissons. Retrouvailles

Un troupeau d’une grosse vingtaine d’oies s’ébat désormais au refuge de la SVPA de Sainte-Catherine, dans les hauts de Lausanne.
Un troupeau d’une grosse vingtaine d’oies s’ébat désormais au refuge de la SVPA de Sainte-Catherine, dans les hauts de Lausanne.
Dominic Favre

En arrivant au refuge de la SPA de Sainte-Catherine, le visiteur est accueilli en premier lieu par les criailleries des oies. Avant les aboiements des chiens. D’abord parce que leur enclos est situé à l’entrée. Ensuite parce que ces palmipèdes sont d’excellents gardiens et n’ont rien à envier à la gent canine en termes de volume sonore.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.