Opération séduction de Monsanto

MorgesLe géant américain des semences controversé lève le voile sur une partie du mystère qui l’entoure.

Leticia Gonçalves préside le quartier général de Monsanto depuis trois ans.

Leticia Gonçalves préside le quartier général de Monsanto depuis trois ans. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un ballon de football américain sur une étagère, une canette de Coca-Cola sur une autre. Et, dans les étages, de nombreux panneaux indicatifs en anglais, dont l’emblématique «Buckle up, it’s the law» (bouclez votre ceinture, c’est la loi), qui trône à la sortie du parking. Ici, le décor est très US. Et, comme souvent au pays de l’Oncle Sam, on ne s’embarrasse pas des traditionnels «Monsieur, Madame». Tout le monde s’appelle par son prénom, même les invités d’un jour.

Au siège pour l’Europe et le Moyen-Orient de Monsanto, à Morges, l’ambiance est décontractée en cette fin juin. Loin des vives tensions qui ont secoué le site, en mai dernier, lors de la traditionnelle «Marche contre Monsanto», quand la police tenait la foule à distance, derrière des barrières en métal.

Le temps d’un après-midi, le siège vaudois du géant mondial des semences et des biotechnologies agricoles, racheté l’an dernier par le chimiste Bayer pour 59 milliards d’euros, nous a ouvert ses portes. L’occasion de découvrir de l’intérieur l’une des multinationales les plus controversées du monde, à la réputation particulièrement sulfureuse et au monopole critiqué.

Premier constat: à Morges, ni labo ni champs «tests», Monsanto ne possède que des bureaux. Le bâtiment renferme un siège administratif.

Alternatives aux OGM

Cadrée et visiblement bien préparée, la séance de présentation a lieu dans le bureau de la présidente de Monsanto pour l’Europe et le Moyen-Orient, Leticia Gonçalves. Employée de Monsanto depuis 22 ans, elle dirige 3500 personnes, dont les 80 collaborateurs du site morgien, depuis trois ans. Pour l’occasion, elle est accompagnée de Brian Carroll, l’un des responsables communication de Monsanto Europe, venu tout exprès de Bruxelles.

La première partie de la conversation se veut une présentation générale de l’entreprise. On y apprend que le géant aux 20'000 employés, présent dans une soixantaine de pays, dépense plus de 6 millions de dollars par jour (!) en recherche et développement. Et que la zone que dirige Leticia Gonçalves représente plus de 12% du chiffre d’affaires 2016 de Monsanto (13,5 milliards de dollars).

Enchaînant sur les futurs grands défis aux airs de quadrature du cercle du mastodonte - comment nourrir une population qui augmente quand les terres cultivables se réduisent comme peau de chagrin, le tout en réduisant ses émissions de CO2 -, Leticia Gonçalves en arrive ensuite plus précisément aux activités du géant américain en Europe.

Et prévient d’emblée: sur le Vieux-Continent «les OGM ne sont pas une priorité, cela coûterait trop cher et serait assez compliqué à mettre en œuvre administrativement, reconnaît-elle. C’est dommage, car ils ont fait leurs preuves, aux Etats-Unis ou au Brésil notamment. Mais, pour l’Europe, nous avons d’autres solutions, innovantes et durables.»

La responsable en citera trois. La première vise une utilisation minimum intelligente de l’eau au travers d’outils numériques pour de meilleurs résultats dans la culture du maïs. En partenariat avec l’Université de Milan, elle sera lancée dans six pays d’Europe ces deux prochaines années. Les deux autres se veulent, elles aussi, durables.

«Rumeurs et fantasmes»

L’opération de communication est bien huilée, la présentation est claire, les chiffres précis et les arguments convaincants. Pour autant, la question brûle les lèvres: «Pourquoi Monsanto traîne-t-elle donc une si mauvaise réputation?» Au rictus de Leticia Gonçalves, on comprend que la question revient souvent.

Le tristement célèbre agent orange ne sera pas mentionné, la présidente préférant articuler sa réponse autour de la question sensible des OGM. «On entre dans l’assiette des gens. Or tout ce qui est génétiquement modifié fait peur, a fortiori lorsque l’on ne connaît pas. Mais nous sommes parfaitement conscients des réactions très émotionnelles que la question suscite et nous travaillons à modifier cette perception», explique Leticia Gonçalves, qui se veut rassurante. «Il y a beaucoup de rumeurs et de fantasmes autour de nos activités, mais qui ne reposent sur rien de tangible. Aucune étude scientifique ne qualifie nos produits de dangereux. Prétendre le contraire me fait mal.»

Brian Carroll approuve, anecdote à la clé. «La carotte n’est pas orange naturellement. Elle ne l’est qu’après des croisements faits au XVIe siècle en Hollande pour faire plaisir à la famille royale. Et personne n’en fait grand cas.»

L’argument de non-dangerosité pour la santé revient lorsque tombe la question de l’herbicide controversé RoundUp et le glyphosate (lire ci-contre). «Après l’avoir étudié en détail, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) assure que le produit n’est pas cancérigène et toutes nos études de toxicité arrivent aux mêmes conclusions. L’unique étude qui conclut que le produit est cancérigène a délibérément choisi d’ignorer tous les documents qui disent le contraire.» (24 heures)

Créé: 25.06.2017, 08h58

Roundup, un désherbant qui divise

Cancérigène ou non? Produit phare de Monsanto, le Roundup, herbicide le plus utilisé dans le monde, et sa substance active, le glyphosate, cristallisent à eux seuls une bonne partie de l’animosité contre le géant des semences.

Sur le Vieux-Continent, le produit est autorisé jusqu’à la fin de l’année, date à laquelle les instances européennes décideront - ou non - du renouvellement de sa licence.

A Berne, à l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG), on ne prend pas de risque. «Nous attendons de voir la décision de renouvellement des autorisations de l’UE», indique Marion Florie, porte-parole, qui transmet un document de la Confédération. On y lit qu’après analyse de plus de 230 échantillons de denrées alimentaires, l’OFAG conclut que le produit est «sans risque pour la santé humaine».

Les choses se compliquent lorsque l’on pose la question à l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Alors que son Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé le glyphosate «cancérogène probable» pour l’homme, la maison mère est d’un autre avis. «En ce qui concerne le cancer, c’est négatif!

Le CIRC parle au nom de l’OMS, mais n’a pas de mandat pour le faire», assène le docteur Kazuaki Miyagishima, directeur du Département Sécurité sanitaire des aliments et zoonoses. «Les experts de la Réunion conjointe FAO (Ndlr: Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)/OMS sur les résidus de pesticides ont étudié le glyphosate à trois reprises et ont conclu que le produit n’était pas cancérigène.» Une position que partagent l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA).

«La récente divulgation des Monsanto Papers (Ndlr: une correspondance interne qui indique que Monsanto était au courant de la dangerosité du produit) parle d’elle-même! Monsanto a caché la vérité. Quant au fait que les différentes études ne débouchent pas sur les mêmes conclusions, c’est qu’elles ne s’appuient pas sur les mêmes données. Plutôt que le glyphosate seul, il s’agit également de prendre en compte tous les adjuvants du Roundup, dont certains sont 10'000 fois plus toxiques. Mais Monsanto contestera toujours», rétorque Sara Gnoni, présidente de ToxicFree Suisse.

Articles en relation

La marche contre Monsanto s'est déroulée sans heurts

Morges Quelque mille militants ont manifesté dans la rue ce samedi, jusqu'au siège de la multinationale. Plus...

«En cas de débordement, la police a les moyens de monter en puissance»

Morges La marche contre Monsanto se veut pacifique, mais des débordements ne sont pas exclus. Organisateurs et forces de l’ordre y sont d’ailleurs préparés. Plus...

Monsanto pourrait changer de raison sociale

Décision à prévoir En cas d’absorption de la firme américaine par Bayer, l’entreprise allemande préférerait profiter du crédit de sa propre marque. Plus...

Bayer perd un quart de sa valeur en un mois

Agrochimie Le raid à 62 milliards sur l’américain Monsanto coûte cher au géant allemand. Son titre s’effondre en Bourse. Plus...

Diminué de moitié à Morges, Monsanto va se fondre dans Bayer

Agrochimie Les pourparlers en vue d'une fusion sont confirmés. Le groupe américain est déjà en train de biffer un poste sur deux sur son site vaudois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...