Passer au contenu principal

Nuits d'ivresse: Lausanne serre la vis

Grégoire Junod et Marc Vuilleumier ont présenté mardi matin un premier train de mesures visant à pacifier les nuits lausannoises. Les clubs fermeront notamment une heure plus tôt.

Chris Blaser -a

«La vie nocturne n'a pas que des désavantages, c'est quelque chose que l'on souhaite, a rappelé Grégoire Junod, municipal en charge du logement et de la sécurité publique. Toutefois, il faut trouver un équilibre entre ambiance festive et qualité de vie du voisinage.» Le municipal a donc rappelé l'impact de la vie nocturne pour la ville: près de la moitié des interventions de la police ont lieu de nuit (17 000 de nuit et 18 000de jour en 2011 contre 19 ooo au total en 1995). Deux tiers de ces interventions prennent place entre le jeudi soir et le dimanche matin. La vie nocturne occasionne aussi 6000 heures de travail pour le Service des routes et 10 000 pour les Parcs et promenades. Autre fléau que la vie nocturne attire en ville: le trafic de drogue.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.